10 Octobre 2017

Cameroun: Crise anglophone - Donald Trump contre la méthode Biya

Photo: Michael Vadon/Daily Monitor
Donald Trump

Les Etats-Unis sont contre la violence et la restriction des libertés exercées sur les leaders anglophones par le régime de Yaoundé. L'administration Trump a donné sa position mardi dernier et a invité les belligérants au dialogue.

Alors que la position de Donald Trump se faisait attendre comme d'autres partenaires camerounais restés atones depuis bientôt une semaine après les affrontements du 1er octobre, les Etats Unis sont finalement sortis du mutisme pour apprécier ces évènements qui ont plongé dans l'émoi certaines familles du fait de la perte d'un des leurs, pour se prononcer enfin à ce sujet.

Par la voix du porte-parole du secrétariat d'Etat américain, Heather Nauert, Washington estime que « Le recours à la force du gouvernement camerounais pour restreindre la liberté d'expression et l'Assemblée pacifique par les manifestants, sont inacceptables ».

Puis d'exhorter « le gouvernement du Cameroun à respecter les droits de l'homme et la liberté d'expression, y compris l'accès à Internet ».

La Maison blanche invite enfin « toutes les parties à exercer une certaine contrainte à la violence et à engager un dialogue pour une résolution pacifique et durable » des divergences.

Trump la constance

Lors du débat général de la 72e session ordinaire de l'Onu le président américain a prononcé un discours sanctions à l'endroit des « régimes dictatoriaux ».

Le successeur de Barack Obama laissait entendre que ce type de systèmes est voué à l'échec tôt ou tard. Et une certaine opinion à tort ou à raison a cru devoir reconnaître entre les lignes les destinataires de cette sortie.

Pour Donald Trump « c'est l'aspiration profonde des peuples à la liberté et à la démocratie qui amène les régimes dictatoriaux à restreindre l'accès à Internet, détruire les antennes paraboliques, tirer sur les manifestants pacifiques non armés et emprisonner les réformateurs politiques.

Les régimes oppresseurs ne peuvent durer pour toujours, et le jour viendra où les peuples seront confrontés à un choix, » avait lâché le 45è chef d'Etat américain.

Du coup des langues serpentines n'ont pas manqué de penser que des chefs d'Etat de la sous-région Afrique central était désormais dans le viseur de Trump puisque ce dernier depuis son élection en novembre 2016 n'a reçu qu'un chef d'Etat africain, le président égyptien Al Sissi.

En savoir plus

Crise anglophone - Boycott d'un meeting de soutien à Paul Biya à l'Est

La permanence du parti Rdpc de Bertoua, lieu de l'évènement était presque déserte samedi 07… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.