10 Octobre 2017

Cameroun: Communiqué Acat-Littoral - Abolir la peine de mort dans le pays, un impératif pour les autorités.

L'Action des Chrétiens pour l'Abolition de la torture (ACAT) Littoral, chef de file de la Maison des Droits de l'Homme du Cameroun, point focal de l'Observatoire Régional des Droits de l'Homme pour le Littoral et le Sud Ouest, membre du Bureau Directeur de l'Observatoire Nationale des Droits de l'Homme (ONDH), se joint à la communauté internationale pour célébrer la 15ème journée mondiale contre la peine de mort, ce 10 octobre 2017.

L'heure n'est plus à spéculer sur le caractère sacré de la vie. Ceci est davantage reconnu non seulement par les instruments internationaux des droits de l'homme, mais également par les mécanismes internationaux de promotion et de protection des droits de l'homme fondés, en application du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), qui relève que : «[le] droit à la vie [... ] est le droit suprême pour lequel aucune dérogation n'est autorisée, même dans le cas où un danger public exceptionnel menace l'existence de la nation.» ; Rien ne peut donc justifier le recours à la peine de mort, du moment où celle-ci revêt un caractère irréversible, inefficace, non dissuasif et discriminatoire.

Tout comme les exécutions extrajudiciaires, la peine de mort nie la valeur de la vie humaine. Elle supprime la base même de la réalisation de tous les autres droits inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et autres textes internationaux promouvant et protégeant les droits de l'Homme.

De même, les souffrances psychologiques qu'endure une personne en attente de son exécution - c'est le cas pour la quasi-totalité des condamnés à mort au Cameroun - sont autant impitoyables que les souffrances physiques causées à un être humain à qui on ôte la vie comme se fut le cas en 1988 date de la dernière exécution capitale au Cameroun.

Par conséquent, l'Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture (ACAT) Littoral, recommande à l'Etat du Cameroun, d'arrimer les textes nationaux aux Instruments internationaux de défense des droits de l'homme, notamment en abrogeant, sans conditions, les dispositions relatives à la peine de mort dans le dispositif juridique pénal Camerounais.

Fait à Douala le 10 octobre 2017

Pour l'ACAT-Littoral

Maxime Bissay

Coordinateur

Cameroun

Rien n'arrête plus Aboubakar

En cette première moitié de saison, il est tout simplement inarrêtable. Actuellement, toutes… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.