10 Octobre 2017

Cameroun: France, Terrorisme - Un Camerounais islamiste détenu à Fresnes soupçonné de préparer un attentat

Un Camerounais et un Français, tous deux détenus à la prison de Fresnes dans le département du Val-de-Marne en France ont été mis en examen vendredi dernier pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».Soupçonnés d'avoir préparé une attaque terroriste depuis leurs cellules respectives, ils ont reconnu les faits.

Selon les médias français, l'un des accusés est Camerounais,âgé de 28 ans et serait connu pour être un sympathisant de Daech. L'autre est un Français de 22 ans lui aussi islamiste radical. Leur particularité ? Ils étaient tous les deux emprisonnés à la prison de Fresnes (Val-de-Marne). Les deux hommes ont été placés en garde à vue pendant quatre jours, soupçonnés d'un projet terroriste, selon LCI qui révèle l'information ce lundi soir.

Selon le quotidien français Le Parisien dans sa parution en ligne de ce soir, c'est une enquête qui ne date pas d'hier.

La même source affirme qu'à la suite de la fouille de la cellule de Charles-Henri M, en décembre 2016, les services de renseignements avaient retrouvé un téléphone portable dans lequel de nombreuses vidéos et conversations évoquant un projet d'assassinat contre «des mécréants». Ce prisonnier considéré comme une des figures de l'islamisme radical à Fresnes était également en contact, via des applications cryptées, avec au moins un djihadiste actuellement présent dans la zone irako-syrienne.

Les agents du renseignement français ont, au cours de plusieurs perquisitions dans les cellules des deux hommes, mis au jour de nombreux documents prouvant la volonté de monter un réseau de combattants en vue de commettre un acte terroriste, en recrutant notamment dans d'autres prisons.

Le Camerounais, Charles-Henri M., était incarcéré à Fresnes depuis 2013 pour braquage. Il devait être remis en liberté ce mardi 10 octobre. Mais, tel ne sera plus le cas

Les enquêteurs de la DGSI s'intéressent également à un de leurs contacts, un Réunionnais de 44 ans, récemment mis en examen sur l'île pour « apologie publique d'actes de terrorisme, par le biais de messages adressés sur un compte Twitter entre juin et août 2017 ». L'homme aurait notamment proposé de se rendre en métropole pour « apporter un soutien logistique aux deux suspects », confie cette même source à la presse. Il aurait notamment proposé de leur apporter un logement ou une voiture.

Plusieurs cibles étaient ainsi évoquées par les deux islamistes radicaux : soit des surveillants de prison au cours de leur détention, soit des policiers dans un commissariat une fois libérés de Fresnes. Autre piste exploitée par les policiers : le braquage d'une bijouterie par des complices dans le but de financer une future action violente.

Cameroun

Anglophone - Nouveaux combats meurtriers entre armée et séparatistes

De nouveaux affrontements ont éclaté entre des militaires et des assaillants présentés comme… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.