11 Octobre 2017

Cote d'Ivoire: Eliminatoires coupe du monde 2018- Eléphants - Ces faits qui invitent au désespoir et au doute

La Côte d'Ivoire est en délicatesse dans le groupe C des qualifications de la Coupe du monde 2018 en Russie. Après Allemagne 2006, Afrique du Sud 2010 et Brésil 2014, les Eléphants risquent de ne pas prendre le vol à destination de la Russie en juin prochain.

La sélection ivoirienne compte deux victoires, deux nuls et une défaite après cinq journées disputées. Ce qui donne un total de huit points au niveau comptable à une journée du terme des éliminatoires. Le capitaine Gervinho et ses camarades ont inscrit sept buts dont un contre-son-camp sous la houlette de Michel Dussuyer (3) et de leur nouvel entraîneur Marc Wilmots (4). Les buts ivoiriens ont été violés à trois reprises dont la défaite surprise contre le Gabon (1-2), le 5 septembre dernier, au stade de la Paix à Bouaké. Ce bilan presque inquiétant a relégué les Eléphants au second rang du groupe C au profit des Lions de l'Atlas. Les Marocains, dans ces éliminatoires, revendiquent deux victoires retentissantes contre le Mali (6-0) et le Gabon (3-0) et trois nuls blancs.

Ce qui leur donne neuf points, neuf buts inscrits contre zéro encaissé. Les hommes d'Hervé Renard occupent logiquement le fauteuil de leader qui donne accès au seul ticket qualificatif du groupe pour Russie 2018. Avec une longueur d'avance, le Maroc est plus proche de la qualification que la Côte d'Ivoire. Toutefois, une lueur d'espoir est toujours perceptible. Pour la sixième et dernière journée des qualifications, le samedi 11 novembre au stade Félix Houphouët-Boigny à Abidjan, les Eléphants ont leur destin en mains. Pour cette dernière confrontation face au Maroc, tout autre résultat que la victoire serait synonyme d'échec. Ce qui ne serait pas non plus une surprise tellement l'équipe de Côte d'Ivoire évolue sans âme.

Que peut encore apporter Wilmots ? Marc Wilmots, parachuté à la tête de l'équipe nationale (il n'a pas postulé à l'appel à candidatures) après la démission de Michel Dussuyer, n'arrive toujours pas à se trouver des repères. En cinq matchs sur le banc ivoirien, son bilan se chiffre en une victoire, un nul et trois défaites dont une humiliation face aux Pays-Bas (5- 0) pour sa première. Et depuis lors, le jeu ivoirien, qui n'était pas meilleur avant, s'appauvrit au fil des matchs. En panne de solutions et donc de vision, le technicien belge peine à poser son empreinte sur cette équipe. La preuve. En cinq matchs, il a convoqué une quarantaine de joueurs sans jamais trouver une équipe. Tout simplement parce qu'il n'a rien à proposer.

Si la victoire (3-0) au match aller contre le Gabon à Libreville a laissé penser à la gestation d'une équipe, les deux dernières sorties ont mis à nues les carences à la fois tactique et technique du sélectionneur de la Côte d'Ivoire. Au point de donner raison à Jordan Lukaku. Le latéral des Diables rouges a descendu le technicien wallon accusé d'être l'auteur de l'élimination de la Belgique en quart de finale du Mondial brésilien. « Quand tu vas à l'Euro mal préparé, ça devient difficile de la gagner, ce n'est pas une partie de Fifa (le jeu vidéo). A aucun moment, j'ai vu quelque chose qui ressemblait à une préparation. (... ). La seule consigne que j'avais, c'était de donner la balle à Eden (Hazard).

Mais tu crois que c'est Olive et Tom !? (...) Mais dès que j'avais le ballon, j'entendais: "Donne à Eden". (...) Ce n'était pas dur de nous bloquer, puisqu'on n'avait pas de système de jeu», a flingué le jeune frère de Romelu Lukaku. Et comme la Côte d'Ivoire n'a pas d'Eden, le jeu ivoirien est logiquement sans saveur. Tout simplement insipide. A une trente jours du match capital contre le Maroc, que peut changer ce technicien pour redonner plus à l'équipe. Rien en toute sincérité. Sinon, une élimination qui pend à la barbe. Dès lors, il revient aux joueurs de prendre leurs responsabilités et de les assumer. De la responsabilité des joueurs Porter le maillot de l'équipe nationale impose une certaine conduite, une certaine discipline. En clair, une certaine responsabilité.

La devise (Union, Discipline, Travail) doit être de mise. Ces valeurs-là doivent être incorporées en chaque Eléphant pour la finale du samedi 11 novembre 2017. Marc Wilmots comme tous les quatre autres techniciens (François Zahoui, Sabri Lamouchi, Hervé Renard, Michel Dussuyer) de l'ère Sidy Diallo partira en cas d'échec mais la Côte d'Ivoire restera. Son équipe nationale restera aussi. En cas d'échec, il viendra jouer le disque «J'assume l'entière responsabilité» et puis rien. Bien qu'il soit l'Ivoirien le mieux payé (un peu plus de 30 millions F CFA, hors primes selon JA), il ne donnera aucune explication. C'est donc à ce niveau qu'une prise de conscience s'impose. L'idée de disputer une Coupe du monde, fait rarissime dans la carrière d'un footballeur, surtout africain, doit interpeller plus d'un joueur à élever son niveau de jeu. Le comportement attentiste, le manque d'engagement, observé ces derniers temps, doit être dépassé.

En décidant de faire de la participation à la Coupe du monde en 2004 son objectif prioritaire, Jacques Anouma, alors président de la Fédération ivoirienne de football, avait une vision. Celle de donner des moyens consé- quents pour le développement du football en Côte d'Ivoire. Et la classe dirigeante de notre football ne peut pas nier le fait aujourd'hui. Une nonparticipation serait synonyme d'une crise financière. Ce qui rendrait difficile la gouvernance de Sidy. Gervinho et ses camarades ne voudraient pas être tenus pour responsables du manque de ressources financières et de la cassure d'une dynamique instaurée depuis le Mondial 2006. Ils doivent se surpasser pour la cause de la nation. Sinon ce qu'il nous a été donné de voir n'est pas de nature à parier sur une qualification pour le Mondial russe.

Aucun indice dans le contenu n'invite à croire en cette équipe ivoirienne avec un jeu décousu, une animation défaillante. Une non-qualification sera difficile à digérer mais elle serait tout aussi la résultante des atermoiements combinés de la classe dirigeante, du staff technique et des joueurs. A moins que ces derniers ne contredisent ces affirmations.

Cote d'Ivoire

CAN Maracana 2017 - Le Togo éliminé en demi-finale par la Côte d'Ivoire

Le Togo est éliminé ce samedi lors des demi-finales de la Coupe d'Afrique des Nations de Maracana qui se… Plus »

Copyright © 2017 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.