11 Octobre 2017

Tunisie: La coalition des abolitionnistes revient à la charge

Mais les abolitionnistes ne lâchent pas prise. Ces défenseurs du droit à la vie maintiennent la pression pour que cette peine capitale soit complètement abolie.

Bien que non exécutoire depuis 1991, elle est pourtant encore en vigueur. Un paradoxe juridique sidérant qui n'a pas cessé de raviver la polémique et pousser le débat plus loin. Ainsi la Ctcpm, un collectif associatif de 14 ONG nationales, est revenue sur la question, faisant de la conférence de presse tenue au siège du Snjt à Tunis un point du départ d'une campagne de plaidoyer prolongée dans le temps. Son président, M. Chokri Latif, a justifié sa négation par la sacralité de l'âme humaine, le droit à la vie et le caractère invérifiable de la condamnation elle-même.

D'autant plus que, ajoute-t-il, les clivages sociaux nuisent à une justice équitable, ne rendant plus facile l'accès à une assistance légale efficace. Donc, une certaine position discriminatoire qui pèse sur la véracité des jugements. « Partout dans le monde, l'application de ce châtiment touche davantage les personnes vivant dans la pauvreté », dénonce-t-il.

La peine de mort, un vrai faux procès

A défaut des moyens et des preuves de justice, un soupçon de crime risque de sous-tendre une fausse vérité. L'accusé est innocent jusqu'à preuve du contraire, dit-on en droit. « En Tunisie, 68 des condamnés à mort jusqu'en 2012 sont des travailleurs journaliers précaires, chômeurs et des paysans qui viennent des régions les plus défavorisées », a-t-il fait remarquer. Dans les couloirs de la mort, combien d'innocents coupables ? Et dans notre passé, la peine de mort n'a jamais été un verdict définitif. Selon lui, la liquidation des opposants politiques et des auteurs présumés du coup d'Etat au lendemain de l'indépendance fut l'exemple édifiant d'un système pénal assez défaillant. La peine de mort en Tunisie n'étant ni appliquée ni abolie.

La coalition refuse cette situation intermédiaire, elle veut que l'on rompe avec cette peine extrêmement sévère et inhumaine. Et M. Latif de proposer l'adoption d'autres peines de substitution. Ce qui confirme le choix de son abolition. Après l'indépendance, l'on recense, effectivement, 135 cas d'exécution. Depuis 1991, un moratoire de fait. A l'échelle mondiale, cette peine capitale a déjà été abolie dans 160 pays. « Notre combat abolitionniste se poursuivra », déclare-t-il, souhaitant voir Si Beji donner suite à sa demande.

L'affaire de Maher Manai refait surface

L'appel a été aussi lancé à l'ARP, demandant aux députés d'amender la loi organique sur la lutte contre le terrorisme et le blanchiment d'argent, dans la mesure où l'on soustrait, s'il le faut, la notion de peine de mort. Et de pousser, dans une large mesure, le gouvernement à ratifier le deuxième protocole du pacte international relatif aux droits civils et politiques en vue d'abolir définitivement cette pratique jugée inique.

Et pour cause, le cas de Maher Manai, rappelle la Ctcpm, fut la parfaite illustration que la peine de mort est discriminatoire, dans le sens où elle s'applique le plus souvent aux catégories sociales sans appui. Ce jeune keffois issu d'un milieu pauvre, précise-t-elle, avait été condamné à mort en 2004, suite à un procès jugé fallacieux et monté de toutes pièces. Treize ans après, l'affaire refait surface. Le comité de soutien a relevé, dans un communiqué, que la chambre criminelle près la Cour d'appel de Sfax s'est réunie, le 18 septembre dernier, dans le cadre de la révision de ce procès. Elle a décidé de son renvoi au 26 de ce mois. Maher Manai devrait y assister.

Mais la campagne de sensibilisation sur l'abolition de cette peine qualifiée de barbare ne va pas s'arrêter là, elle s'étend jusqu'au 20 de ce mois. Sous le signe « Les arts... pour le droit à la vie », un programme d'activités artistiques varié a été concocté. Il démarrera, à partir d'aujourd'hui mercredi, à la maison de la culture Ibn-Rachiq, en plein centre-ville. Figurent également au menu, le vernissage de l'exposition du 3e concours international de dessin, la pièce de théâtre « Sacrifice » et la projection du film « Les enfants de Belle-Ville ». Il y aura aussi une participation au forum jeunesse à Sfax, ainsi que d'autres manifestations à connotation abolitionniste.

Tunisie

Sept ans après, les plaies encore ouvertes !

Souvenons-nous encore d'un certain 17 décembre-14 janvier 2011? La révolution qui ébranla toute la… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.