10 Octobre 2017

Congo-Kinshasa: Lutte contre le paludisme - Oly Ilunga au front !

Assurément, le Ministre de la Santé publique, Oly Ilunga, est très déterminé à asphyxier le paludisme, cause de décès de plusieurs congolais, dans toute l'étendue du territoire national.

Il trace vraisemblablement la ligne à prendre pour arriver à son objectif qui est certainement celui de tout le peuple congolais.

De ce fait, le ministère de santé, dont il chapeaute, a, de concert avec le Programme National de Lutte contre le Paludisme, PNLP, organisé une table ronde, hier mardi 10 octobre 2017, à Fleuve Congo Hôtel, situé dans la lisière de la Gombe, dans le souci de mener un plaidoyer auprès des différents partenaires de la République en vue de mobiliser les ressources nécessaires pour lutter contre ce problème du paludisme.

Dans son speech, devant le Premier Ministre, Bruno Tshibala, ainsi que plusieurs autres Ministres, Députés et partenaires internationaux, Oly Ilunga a indiqué que la RD. Congo a déjà réalisé d'important progrès en ce qui concerne cette question de lutte contre le paludisme dans le pays. Et ce, a-t-il renseigné, grâce aux efforts et un leadership assuré au sommet de l'Etat et, en même temps, partant de partenariat efficace qui a, certes, permis aux populations congolaises d'accéder largement à la prévention et au traitement des cas de paludisme du centre aux confins de la République, avec notamment, la distribution gratuite de moustiquaires imprégnés d'insecticide. D'ailleurs, entre les années 2000 et 2015, le nombre des cas de cette pandémie a été réduit de 28 Millions à 19 Millions et le nombre de décès de 82 mille à 42 mille.

Nonobstant ces statistiques chiffrées qui démontrent une certaine avancée dans la lutte contre le paludisme, le Ministre de la Santé a, cependant, insisté qu'un long chemin, qui exige assurément une certaine efficience et efficacité, reste encore à parcourir afin de mettre fin au paludisme d'ici 2030, dans la ligne droite du plan stratégique de l'Organisation des Nations Unies, ONU. Pour preuve, les services de santé ont rapporté, en 2016, plus de « 15 Millions » des cas et près de 34 mille décès, soit environ « 4 décès par heure ». Telle est même l'une des principales raisons pour laquelle le Ministère de la santé, a renchéri ce membre du Gouvernement, s'est tourné, à la manière de l'Organisation Mondiale de la Santé, OMS, à l'élaboration d'un Plan Stratégique National, PSN, qui a pour ambition de réduire, d'au moins 40%, le taux de mortalité et de morbidité d'ici 2020, à travers, cette fois-ci, à un accès « universel » aux moyens de prévention, de diagnostique et de traitement du paludisme ainsi qu'au renforcement du système de santé congolais.

C'est, en effet, dans cette optique que cette table ronde a été organisée, par son ministère, afin d'amorcer, avant tout, un plaidoyer auprès de toutes les parties prenantes parmi lesquelles les organisations internationales. Ensuite, de mettre en place les mécanismes innovants de mobilisation des ressources locales additionnelles au niveau central et décentralisé. Et, enfin, d'obtenir l'engagement renouvelé du financement du Gouvernement, du secteur privé, des associations philanthropiques et des partenaires au développement pour un investissement conséquent dans le combat contre cette pandémie.

Congo-Kinshasa

Manifestations du 28 novembre - Affrontement programmé entre la MP et le Rassemblement

Trois marches auront lieu le mardi 28 novembre dans la capitale : une signée Front pour le… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.