11 Octobre 2017

Sénégal: Atelier sur la distribution de médicaments Yeksina à Diourbel - Un modèle pour une meilleure planification

Un atelier d'harmonisations sur la mise en œuvre de Yeksina et la mise en place du nouveau circuit de distribution érigée à la Pharmacie nationale (Pna) la semaine passée, a regroupé du 9 au 10 octobre, les chefs des pharmacies régionales d'approvisionnement.

Il s'agit de partager avec les acteurs sur ce nouveau schéma qui vise à mettre en œuvre un approvisionnement régulier en vue de mettre fin à la rupture de médicaments.

Ce nouveau schéma de distribution de médicaments émane, selon Dr Lamtoro Mamadou Seck, le chef du service de la distribution au niveau de la PNA, de la transformation de la chaîne d'approvisionnement déroulée depuis plus de 5ans.

Pour rappel, il y avait en 2010 ce qu'on appelle la distribution des vaccins au niveau de Saint-Louis. C'était une initiative qui avait été financée par l'organisation mondiale de la santé à travers la Paf, une agence d'exécution de l'Usaid. Cette distribution poursuit-il, consistait à quitter la pharmacie d'approvisionnement avec des entrepôts mobiles pour assurer la distribution de tous les vaccins, tous les antigènes et tous les consommables dans les 114 Points de prestation de services (Pps) ou postes de santé que compte la région de Saint-Louis. Et d'ajouter « qu'à partir de 2014, nous avons le Projet APM qui est calqué sur le même modèle que la distribution des vaccins.

Dans le cadre de la PNA, nous avons une vision de mettre en place un approvisionnement régulier qui a été annoncé dans le plan stratégique.» Et de faire remarquer que «le diagnostique qu'on a fait pour amener une réponse au goulot d'étranglement traduit le Dieguesina et le Yeguisina, c'est-à-dire, je me rapproche et je suis arrivé. Les contraintes sont liées au déficit d'argent. Le poste de santé n'avait pas assez d'argent pour venir acheter des médicaments au niveau du centre de santé. De même que le centre de santé n'avait pas également assez d'argent pour acheter une quantité suffisante des médicaments au niveau de la PNA».

L'avantage de ce schéma, dit-il, est de «permettre de collecter des informations, des données pour une meilleure planification. Si on ne planifie pas bien, on est en excès, ce qu'on appelle le présomption et vous achetez en quantité insuffisante, vous êtes en rupture. Ce qui fait qu'il faut équilibrer»

Sénégal

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.