11 Octobre 2017

Rwanda: Droits de l'Homme - Human Rights Watch dévoile la face sombre du Rwanda

Le Rwanda n'a pas bonne presse chez Human Rights Watch. L'organisation internationale qui reste attentive au respect des Droits de l'Homme accuse le Rwanda de pratiquer la torture. Dans un long rapport publié mardi, Human Rights Watch révèle les pratiques dégradantes dont fait preuve l'armée rwandaise.

C'est un rapport accablant que Human Rights Watch sort sur le Rwanda. Jusqu'ici considéré comme l'un des pays modèle du continent le Rwanda serait un pays tortionnaire. Dans son rapport titré : « Nous t'obligerons à avouer : Torture et détention militaire illégale au Rwanda », couvrant 2010-2016, Human Rights Watch dénonce des pratiques de l'armée. L'armée rwandaise utilise des passages à tabac, l'asphyxie, les décharges électriques, les simulacres d'exécution pour obliger des détenus à avouer des faits qui leur sont reprochés, dit l'organisation internationale.

Le tableau que peint l'organisation internationale est bien sombre pour le Rwanda. Human Rights Watch le déplore. Elle dénonce le fait que les autorités rwandaises n'ont donné aucune suite à leur sollicitude pour enquêter sur le terrain. Human Rigghts Watch dit réunir plusieurs témoignages d'anciens détenus pour corroborer ses accusations.

Human Rights Watch appelle la communauté internationale à agir

Si le gouvernement rwandais ne prend pas au sérieux les accusations de torture, la communauté internationale devra agir ! C'est le souhait de l'organisation pour la défense des Droits de l'Homme. Elle demande notamment aux bailleurs de fonds de revoir leur copie, en termes de soutien financier à Kigali. Human Rights Watch suggère aussi la suspension des coopérations de formation, notamment aux institutions incriminées.

Sont particulièrement visées, les forces armées rwandaises, la police et la justice. Ce qui scandalise, note Human Rights Watch, c'est que : « les responsables militaires au Rwanda peuvent recourir à la torture selon leur bon vouloir ». Selon Ida Sawyer, directrice pour l'Afrique centrale à Human Rights Watch : « l'impunité pour la détention illégale et l'utilisation systématique de la torture a conduit de nombreuses victimes à renoncer à tout espoir que justice soit rendue. »

La torture comme motif de lutte contre des groupes rebelles

Le rapport de Human Rights Watch pointe du doigt une pratique exercée au nom de la lutte contre la rébellion. Les FDLR, notamment. Les victimes de tortures et actes dégradants sont souvent soupçonnées simplement d'appartenir aux Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).

« Human Rights Watch s'est entretenu avec 61 ex-détenus et plus de 160 membres des familles et amis de personnes torturées entre 2010 et 2016, ainsi que des responsables gouvernementaux et militaires, dont certains ont demandé l'anonymat. Human Rights Watch a également observé les procès de sept groupes de personnes qui ont déclaré avoir été torturées alors qu'elles étaient détenues illégalement dans des centres de détention militaires, et a examiné des déclarations en justice concernant 21 cas de détention illégale et des déclarations faites au tribunal par 22 personnes », lit-on dans le rapport.

La question que pose le rapport de Human Rights watch

Comment le Rwanda qui prône l'émergence peut-il faire recours à de telles pratiques ? Le pays, dit le rapport, avait nié l'existence de ces pratiques. C'était en mars 2016. Il passait l'examen EPU devant le Comité des droits de l'homme des Nations Unies.

Le gouvernement rwandais clame son innocence, alors il devrait procéder à une enquête et arrêter les auteurs de ces actes. Aussi, devrait-il accepter des missions extérieures internationales d'organisations de Droit de l'Homme. Paul Kagamé est-il prêt à se plier à l'exercice ? Question de polichinelle quand on sait que souvent, les tortionnaires sont à la solde des pouvoirs. Mais la société civile rwandaise devrait peser de son poids pour faire cesser ces pratiques avilissantes, tant est qu'elles existent dans le pays.

Rwanda

Le Rwanda, parmi les nouveaux ambassadeurs du Café dans le monde

Le Rwanda s'est vu décerné le Prix international du café Ernesto Illy 2017 à New-York aux… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.