11 Octobre 2017

Afrique: AfricanGeek et 10000codeurs - Faire de l'Afrique le plus gros pourvoyeur de développeurs au monde

Tagged:

AfricanGeek et 10000codeurs constituent deux facettes d'un projet IT porté par le jeune Camerounais Douglas MBIANDOU, ingénieur informatique camerounais qui réussit en France et qui ambitionne de faire de l'Afrique le premier pourvoyeur de développeurs dans le monde. Il a accepté revenir en détails avec This Is Africa sur ce projet.

Bonjour monsieur Douglas, vous êtes un jeune informaticien Franco-camerounais et vous venez de lancer les initiatives AfricanGeek et 10000codeurs pour participer à la formation de la jeunesse africaine dans le domaine informatique. Qu'est-ce qui vous a motivé?Il y a 12 ans, mes objectifs étaient professionnels : avoir de 'grands comptes' dans mon portefeuille clients. L'objectif a été atteint. J'avais 27 ans.

Aujourd'hui, C'est la quête de sens qui guide mes actions : je veux impacter la vie de 10.000 Africains en leur transmettant les compétences techniques qui feront d'eux des acteurs de l'économie numérique mondiale.

Deux conséquences directes : des emplois pour la jeunesse Africaine et le repositionnement du Continent comme acteur mondial dans un secteur aussi stratégique que porteur.

AfricanGeek a pour objectif de sensibiliser avec humour. 10000codeurs a pour Objectif de former au développement d'applications métiers. Expliquez-nous brièvement comment est-ce que vous allez procéder ou à quoi va consister cette formation.100000codeurs, c'est des formations pratiques données sur le Continent par des 'Grands frères' experts en informatique et à qui le centre de formation Objis transfère 10 ans de savoir-faire pédagogique.

Une partie de mon travail est de former ces formateurs et de mettre à leur disposition du contenu pédagogique afin qu'ils se concentrent sur l'animation pédagogique et l'encadrement des projets des bénéficiaires.

En effet ceux-ci doivent tout au long du cursus créer un logiciel qui répond à des besoins réels dans des secteurs aussi variés que l'Agriculture, l'Education, la Santé, la finance...

Après le programme, nous identifions des opportunités d'emploi ou un accompagnement à la création de startups.3. Les projets AfricanGeek et 10000codeurs sont deux projets différents ou deux branches d'un même projet?Je veux impacter la vie de 10.000 Africains en leur transmettant les compétences techniques opérationnelles en développement d'applications. Ces compétences feront d'eux des acteurs de l'économie numérique mondiale.

Pour atteindre mon objectif, j'ai un plan d'action en deux phases :

1) Une phase de vulgarisation : c'est AfricanGeek

2) Une phase de formation. C'est 10000codeurs.

Les jeunes sont aujourd'hui consommateurs de numérique plus qu'acteurs.

La phase une est nécessaire pour conscientiser la jeunesse aux bienfaits de compétences opérationnelles en informatique : je dois faire passer le message que devenir acteur du numérique c'est à dire acquérir des compétences techniques pratique est une opportunité de progrès social pour eux.

Il faut aussi briser les idées reçues sur l'informatique (Exemple : l'informatique est réservé aux hommes.)

Une fois qu'ils ont compris et qu'ils veulent se former, je propose à travers 10000codeurs des plans de formations pratique d'une durée de 3 mois à temps plein à 12 mois en cours du soir.

4. Quand est-ce que vous débutez concrètement et quels sont les pays concernés?

Financé à ce jour par le centre de formation Objis, le programme est en cours de déploiement au Cameroun (Yaoundé et Douala), au Sénégal (Dakar) et en Côte d'Ivoire et totalise une centaine de bénéficiaires à qui nous demandons une contribution financière correspondant à environ 10% du coût de la formation. Paiement mensuel au Cameroun de 25.000 fcfa et au Sénégal et Côte d'Ivoire de 40.000 fcfa. Deux à trois fois dans le cursus, nous réalisons des entretiens techniques : https://www.linkedin.com/pulse/entretiens-10000codeurs-pr%C3%A9parer-efficacement-les-aux-mbiandou/

C'est là une innovation. J'ai constaté que les informaticiens ne savent pas s'exprimer. Or nous sommes convaincus que pour être un professionnel il faut s'exprimer comme un professionnel. Faire des phrases simples Sujet-Verbe-Complément et avoir une attitude qui permet de rassurer en 15 min une personne que vous n'avez jamais vue et qui doit statuer sur votre embauche.

Le programme détaillé est ici : http://www.10000codeurs.com/programme-developpeur-java-web-mobile-objis-10000-codeurs.pdf

5. Un jeune africain qui a participé à la formation de nombreux jeunes français, est ce que c'est cela aussi qui vous convainc que l'Afrique est capable de devenir le premier fournisseur de développeurs Web du monde? Quelles sont les autres éléments qui fondent votre conviction?

Il y a d'abord le Dividende démographique. L'Afrique a la population la plus jeune au Monde.

Et il y a effectivement mon expérience. Je ne pense pas être plus intelligent qu'un autre. J'ai seulement eu le bon environnement et de bons repères.

Enfin il y a le rôle de la Diaspora : des milliers de 'Douglas MBIANDOU' sont présents et attendent l'occasion de mettre leurs 5/10/15/20 ans d'expérience en informatique au servie du Continent.

Avec 100000codeurs, ils vont avoir l'occasion d'inspirer des jeunes, de devenir mentors, formateurs. Certains vont carrément se consacrer à développeur 10000codeurs dans leurs pays, comme Mohamed BAH, guinéen basé au Sénégal qui suit de près notre développement afin de partager pour son pays ses 20 ans d'expérience IT.

10000codeurs, c'est l'étincelle que le Continent attendait pour avoir confiance en elle et peser dans le concert des nations dans un secteur porteur.

6. Beaucoup de pays africains ne sont pas encore convenablement pénétrés par internet. Ne trouvez-vous pas que cela constitue en quelque sorte un blocage pour la motivation de nombreux jeûnes?

Dans notre approche, l'important n'est pas Internet. Le problème des jeunes selon moi n'est pas technique. L'important c'est le 'Grand frère' expert qui (après formation de formateur) va mettre ses compétences au service de ses petits frères. En plus d'avoir une expertise avérée, il est nécessaire qu'il soit déterminé à partager ses compétences et qu'il soit pédagogue : https://www.linkedin.com/pulse/former-massivement-la-jeunesse-en-afrique-grâce-au-de-mbiandou

Les jeunes ont besoin de repères, de personnes en qui ils peuvent s'identifier et qui leur envoie un message clair : vous pouvez y arriver comme j'y suis arrivé, et vous pouvez aller plus loin que moi.

C'est le cas aujourd'hui de nos formateurs comme Daniel FOUOMENE et Gabriel KWAYE KANT au Cameroun, Ousseynou SENE au Sénégal, Serge KOMI INNOCENT en Côte d'Ivoire.

C'est ce type de message que véhicule une nouvelle génération de d'entrepreneurs comme Nour BOUAKLINE (https://www.linkedin.com/in/nourbouakline/) qui en plus d'une expertise dans son domaine contribue au développement personnel et à l'évolution des mentalités.

Former autant de jeunes sur le continent demande beaucoup de moyens. Pouvez-vous nous dire comment vous financez le projet?

Aujourd'hui, nous formons les 100 premiers en finançant à 90% par le centre de formation Objis. L'objectif est de faire la preuve du Concept : impacter la vie de 100 personnes grâce à notre accompagnement. Cela veut dire contribuer à 95% d'insertion par l'emploi ou entrepreneuriat au plus tard 6 mois après la fin du programme, initialement sur 18 mois en cours du soir.

Demain nous souhaitons être accompagné : subventions, mécénat, venture capital.

En France, je suis mandaté par des groupes pour former en trois mois à temps plein des profils 'reconversion' : des diplômés Bac+5 dans des secteurs scientifiques qui doivent en 3 mois devenir informaticiens prêt à l'emploi.

Je facture autour de 5000 euros par tête.

En passant à l'échelle (10000codeurs), former un jeune dans le cadre de 10000codeurs coute 3000 euros. J'ai besoin de 3000*10000 soit 30.000.000 d'euros pour déployer le programme sur 10 ans.

L'avantage ici est que nous allons pouvons suivre et remonter des données sur les profils, inspirer d'autres jeunes tout en garantissant du travail pour tous les bénéficiairs qui arrivent au bout du programme.

Plusieurs bailleurs possible :

- L'Europe . J'attends beaucoup du sommet Europe-Afrique d'Abidjan fin novembre.

- Les états Africains désireux de former efficacement leur jeunesse sur des secteurs porteurs.

- Les parents des jeunes, qui veulent ENFIN dépenser leur argent avec une garantie d'emploi derrière.

- Les entreprises du monde entier, en recherche de profils capable d'être opérationnels sur les dernières tendances (Big data, Cloud, IoT... )

Chaque année, nous organiserons avec nos partenaires un événement bilan d'une année de formation.

Vous découvrirez des histoires extraordinaires, comme celle de Farouk, un Nigérien qui a quitté Niamey pour suivre le programme 10000codeurs au Cameroun (Douala), ou celle de Maman Jacqueline qui à 6 ans de sa retraite a décidé de devenir développeur, entrainant son fils dans le programme 10000codeurs.

Nous aurons besoin de journalistes et médias pour raconter ces belles histoires, découvrir ces débouchés, et nous aider en diffusant les épisodes #AfricanGeek à faire changer les mentalités sur l'informatique.

8. Parles nous un peu de vous, votre enfance, vos préférences et votre considération pour l'Afrique

Je vous invite à visiter http://douglasmbiandou.com/#vision

9. Avez-vous un message à lancer à la jeunesse africaine pour laquelle vous représentez peut être un modèle déjà?

Devenez acteur de la transformation digitale du Continent : développez des compétences en programmation d'applications Web et Mobile répondant à des besoins réels autour de vous.

Rencontrez des ainés Informaticiens désireux de transmettre leur forte expérience. Rejoignez-nous : http://www.10000codeurs.com/guide-beneficiaire-10000codeurs.pdf

Aux femmes en particuliers, je vous invite à suivre l'exemple de Corine : https://t.co/7HyZMajs90

Afrique

Conférences de l'Omc à Buenos Aires - Roberto Azevedo déçu des résultats obtenus

La onzième conférence des 164 ministres des Etats membres de l'Organisation mondiale du commerce (Omc) n'a… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.