11 Octobre 2017

Congo-Kinshasa: Industries extractives - Mack Dumba suspendu de la tête de l'Itie-RDC

Jugeant la décision du ministre Modeste Bahati illégale parce que n'ayant pas respecté la procédure en la matière, le coordonnateur de l'Itie-RDC dit attendre la sentence du chef de l'État, qui l'avait nommé par ordonnance présidentielle.

Le coordonnateur de l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives de la RDC (Itie-RDC), Mack Dumba, est suspendu de ses fonctions. Motivant cette décision, le ministre du Plan, Modeste Bahati, dans un arrêté signé le 30 septembre, a évoqué le retrait de confiance en la personne de cette personnalité suspendue. Contacté le 10 octobre pour réagir à cette décision du ministre chargé de ce secteur, Mack Dumba a affirmé à Radio Okapi qu'il ne comprenait nullement cette décision. « Je ne me reproche rien. Je fais très bien mon travail. J'ai élevé la nation au-dessus de la barre. Nous sommes devenus un modèle de la mise en œuvre », s'est-il glorifié.

Pour Mack Dumba, sa suspension n'a pas respecté la procédure. Mais il se dit, toutefois, prêt à respecter toute décision venant du chef de l'État, qui l'avait nommé par décret présidentiel. « La procédure n'a pas été respectée. Premièrement, je suis nommé par ordonnance présidentielle et donc l'Itie n'est pas régie par les arrêtés d'un ministre, qui qu'il soit. C'est une décision du groupe multipartiste, c'est géré par des décisions communes. Je ne vais pas engager un bras de fer. Si la nation estime aujourd'hui à travers les membres du groupe multipartiste que je ne suis plus digne de faire le travail qu'il m'avait confié, le chef de l'État en décidera », a-t-il affirmé sur les ondes de la radio onusienne.

Une crise qui a mis en mal le processus

Il est rappelé qu'une crise naquit au sein de ce processus jusqu'à mettre en mal son fonctionnement. Dans une réaction du 3 août, le président de l'Association africaine de défense des droits de l'homme (Asadho), Me Jean-Claude Katende, a fustigé le climat de méfiance qui régnait au sein de ce processus. « L'Asadho, qui s'appuie sur l'exigence 1.b de la norme Itie, a noté que Mack Dumba ne jouissait plus de la confiance des membres du comité exécutif. Et par voie de conséquence, il ne pouvait plus être maintenu comme coordonnateur national du secrétariat technique de l'Itie-RDC », a souligné en son temps cette ONG, dont le président est un membre du comité exécutif de l'Itie-RDC.

Pour sauver ce processus, cette ONG avait fait certaines recommandations qui visaient d'assurer la continuité de la mise en œuvre participative de la norme Itie dans le pays. Parmi les préalables, Jean-Claude Katende avait notamment proposé d'écarter le coordonnateur national qui, dans une réunion tenue la veille, aurait même usé d'injures et de manque de courtoise à l'endroit des ses collaborateurs. « L'Asadho attend, par ailleurs, du président du comité exécutif (CE) de convoquer, dans les meilleurs délais, une réunion du CE, à laquelle le secrétaire technique (ST) ne devra pas prendre part pour échanger sur la situation qui a prévalu lors de la réunion de ce 2 aout, et pour prendre des mesures conservatoires de nature à sauvegarder l'intégrité de l'Itie-RDC », avait préconisé cette ONG qui a, en outre, exhorté ce dirigeant du processus Itie-RDC à permettre à la commission chargée de suivi de continuer son travail de manière à examiner les pièces justificatives produites par le ST après les travaux de l'auditeur qui avait contrôlé le fonctionnement de cette structure.

Aussi des personnalités activement engagées dans le processus Itie en RDC depuis plusieurs années, qui travaillent pour les organisations nationales et internationales de la société civile, avait-il rendu public, le 11 septembre, un mémorandum dans lequel elles ont fait l'état des lieux de ce processus et appelé à la prise de mesures urgentes pour sauver l'Itie-RDC. Ce document partagé avec le président et les membres du comité exécutif de l'Itie-RDC avait proposé certaines actions à mener jusqu'au dernier jour de l'année en cours. Selon toutes ces propositions qui convergent, il fallait extirper le ver du haricot. La suspension du coordonnateur de ce processus était donc parmi les préalables pour la bonne marche dudit processus.

Congo-Kinshasa

Une ONG dénonce les transferts financiers d'une banque vers le Hezbollah

Un groupe d'enquêteurs de l'ONG américaine Enough Project dit avoir découvert qu'une banque… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.