12 Octobre 2017

Afrique: Quelle politique migratoire pour la France après les annonces de Macron?

Lundi, le président français, Emmanuel Macron, a annoncé l'intention des autorités d'envoyer des missions d'identifications de demandeurs d'asile au Tchad et au Niger pour permettre d'ici deux ans à 3 000 réfugiés de rejoindre la France. Une nouvelle politique de relocalisation dont les contreparties pour les pays tiers ne sont pas encore connues.

La France s'est engagée lundi à offrir 3 000 places aux réfugiés du Niger et du Tchad. Une nouvelle politique de réinstallation qui est amenée à se développer en Europe, selon le chercheur Yves Pascouau : « La logique qui aujourd'hui est en train de se développer est celle de considérer qu'il importe désormais que les pays tiers prennent une part beaucoup plus importante dans la gestion des phénomènes migratoires ».

Contreparties financières

Des contreparties financières seraient alors envisagées, l'idée de conditionner l'aide au développement à l'obtention de résultats est aussi avancée, mais les pays africains concernés ont-ils réellement envie de prendre à leur charge la gestion de ces flux migratoires ?

Yves Pascouau est sceptique : « Les pays africains n'y voient peut-être pas non plus un véritable intérêt, ces pays tiers bénéficient aussi beaucoup dans l'immigration, puisque ce que l'on appelle les envois de fonds, donc des familles vers leurs pays d'origine sont bien plus important en termes de valeur monétaire que l'aide publique au développement ».

« Externaliser » la politique d'asile ?

Et pour le chercheur, à terme, l'objectif des Européens semble être de forcer les candidats africains à l'asile à faire exclusivement leur demande depuis le continent : « Je suis quasiment convaincu qu'un certain nombre de dirigeants européens ont cette idée-là en tête. On peut avoir pour volonté politique "d'externaliser" la politique d'asile et c'est un sens qui est en train d'être pris par un certain nombre d'Etats membres de l'UE. Mais cette externalisation ne pourra pas se faire au détriment du respect des droits fondamentaux ».

Cette question migratoire sera à l'ordre du jour du sommet Union européenne-Afrique, prévu fin novembre à Abidjan.

Afrique

Le Sénégal élu parmi les 47 membres du conseil des droits de l'homme de l'ONU

Le Sénégal est élu au Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies (ONU), pour la période… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.