10 Octobre 2017

Cameroun: Danse - Sur les pas d'Angela Davis

Un spectacle sur les droits de l'Homme donné en l'honneur de cette militante afro-américaine le 29 septembre dernier à Yaoundé

Quatre danseuses, belles, fortes et déterminées. Quatre femmes sensibles au combat de Angela Davis, célèbre militante afro-américaine. Le spectacle « Angelas », joué le 29 septembre dernier, sert de haut-parleur au droit d'être reconnu et accepté comme être humain. Le bâillon est ôté. La liberté de parole, est vivante, et c'est par les gestes qu'elle s'exprime. Toute la rage de ces décennies de victoires, de défaites, de hauts et de bas, la chorégraphe Nathalie Mangwa les déchaînent par cette idée originale, née après deux semaines de résidence au Laboratoire de Théâtre OTHNI à Yaoundé.

C'est dans cet espace culturel que la jeune dame et trois autres danseuses, ont rendu leur copie devant public, au cours d'un show interactif. Lady B, que l'on connait sous la casquette de rappeuse, apparaît sur scène dans les habits d'une conteuse bourrée d'énergie. « Je suis cette Afrique qui s'affaisse toujours quand se lève l'Occident. Je suis la belle Afrique, je suis la belle esclave libre. Je rêve que tu te tiennes par tes propres mains. » Des paroles qui tonnent en prolongement du pas, du mouvement, toujours plus entreprenants. Comme si cette souffrance longue de centaines d'années s'offrait enfin une échappée. La chorégraphie est pleine de vigueur, et les quatre danseuses frappent du pied au sol, avec autant de fermeté que leurs convictions. « My skin is black », lancent-elles en couvrant de bisous leur peau noire pour les unes et métissée pour l'autre. Fierté récupérée malgré des siècles d'esclavage. Des années de bataille contre la ségrégation raciale.

Des nuits sans sommeil pour faire vivre la cause noire. Car l'engagement continue. « Black Panthers », « Black lives matter ». Le temps n'a pas altéré les idéaux. Il les a même renforcés. De quoi fournir un puits d'inspiration à Nathalie Mangwa. La première séquence de « Angelas » n'a mis que 25 minutes, mais le spectacle sera allongé en 2018, par des contours plus denses. L'idéal serait une durée de 50 minutes. Pourquoi pas y ajouter du féminisme ? « Il ne faut pas se centrer sur un seul problème. L'important, c'est de retrouver une "interconnectibilité" entre les formes d'injustice pour que la violence ne revienne pas sous d'autres aspects », dixit la chorégraphe. Sa démarche est déjà épousée par ses trois consœurs : Agathe Djokam, Amélie Messaga M'Bollo et Lady B. « Je suis une artiste engagée », a d'ailleurs déclaré Lady B. On a déjà hâte de découvrir la suite et la fin d' « Angelas ».

Cameroun

Kylian Mbappé - Élu Golden boy 2017

Voilà de quoi redonner du sourire à Kylian Mbappe qui a totalement raté son match dimanche dans le… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.