12 Octobre 2017

Togo: "Le Président National de l'UFC a été victime de ce principe de rétroactivité..."

L'union des forces du changement (UFC), à travers son secrétaire Général Docteur Pierre Sambiani JIMONGOU, fait taire les commentaires inutiles liés à la position qu'adopte le parti dans les dernières évolutions de l'actualité sociopolitique.

Dans cette interview, M. JIMONGOU souligne que certes le parti n'est pour le départ immédiat du Chef de l'Etat en gui de rétroactivité des réformes. Car le président national du parti en a déjà été victime et cette fois-ci prend toutes les dispositions pour ne pas de nouveau tomber dans un tel piège.

Sambiani Jimongou : Il est vrai que 50 ans c'est trop, et nous sommes les héritiers de Sylvanus Olympio qui a été assassiné par ce régime. Nous devrions être ceux - la qui exigent le départ immédiat de Faure Gnassingbé, mais nous voulons réaliser le rêve des pères de l'indépendance du Togo qui voulait faire du Togo un havre de paix où toutes les filles et tous les fils de notre pays vivent en parfaite harmonie.

L'UFC voudrait donc tirer leçon du passé. En 1991 nous n'avions pas suffisamment préparé la transition et tout le monde se rappelle tous les problèmes d'insécurité qu'on a connus. C'est pourquoi l'UFC ne milite pas en faveur d'un départ immédiat de Faure Gnassingbé.

L'UFC souhaite que les années qui restent avant la fin du mandat du Chef de l'Etat soit mises à profit pour la mise en œuvre consensuelle des réformes et une bonne préparation de l'arrivée de la nouvelle équipe dirigeante pour une alternance politique pacifique réussie.

Togo

La raison a prévalu !

Dans un Togo sujet à une grave crise politique depuis déjà deux mois, l'irraisonnable aurait… Plus »

Copyright © 2017 Télégramme228. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.