12 Octobre 2017

Burkina Faso: TNT - Les avantages et les implications expliqués à Gaoua

La Société burkinabè de télédiffusion (SBT) a organisé une conférence sur le passage du Burkina Faso à la Télévision numérique terrestre, le vendredi 29 septembre 2017 à Gaoua. Elle a été une occasion de présenter les avantages et implications de cette nouvelle technologie de diffusion.

Le Burkina Faso, à l'image de tous les pays membres de l'Union internationale des télécommunications, a choisi de passer à la Télévision numérique terrestre (TNT). Pour donner plus d'informations sur ce passage et les implications qui y découlent, la Société burkinabè de télédiffusion (SBT) a organisé une conférence publique, le 29 septembre 2017 à Gaoua. La rencontre a permis d'éclairer les populations de la cité de Bafuji.

Selon la directrice générale de la SBT, Kadidia Savadogo, la TNT est une nouvelle technologie de diffusion. Elle permet de recevoir la télévision en qualité numérique, par une antenne râteau. « Par ce nouveau système, plusieurs programmes télévisuels sont diffusés sur une seule fréquence avec une bonne qualité d'images et de sons », a laissé entendre la directrice générale. La diffusion par le système TNT exige toute une règlementation à mettre en place. Pour le moment, les structures compétentes ont commencé à mettre en service les premiers émetteurs numériques. Lorsque tous les émetteurs seront installés sur le territoire national, il y aura le lancement officiel.

Après cela, selon Kadidia Savadogo, un temps sera donné aux populations afin qu'elles se procurent des équipements adéquats, avant le basculement total dans ce nouveau système. La cérémonie a été présidée par le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Rémis Fulgance Dandjinou. Pour lui, le passage à la TNT est une obligation légale et une nécessité technologique. Et d'ajouter qu'il est imposé par le fait qu'un certain nombre de fréquences doit être mis à la disposition des acteurs au niveau de la téléphonie pour qu'il y ait la 4 et 5G.

Il y a trois obligations avec le passage à la TNT. Il y aura la réduction de l'occupation du spectre électromagnétique, l'amélioration de la qualité des images et des sons et la réduction du coût d'exploitation pour la diffusion et la transmission. A cela, le ministre Dandjinou a confié que la TNT va permettre une couverture quasi totale du territoire par les médias nationaux. « La SBT nous donnera une couverture du territoire de près de 98% lorsque les 35 sites seront opérationnels », a-t-il affirmé.

Il a aussi indiqué que la TNT est une opportunité de créer des chaînes locales et de traiter l'information et les questions relatives aux localités. A la fin de la conférence, le ministre a exprimé sa joie pour la mobilisation autour de l'événement. L'ex-maire de Gaoua, Louis Armand Wali a assisté à la conférence. Il a salué la démarche du ministère et de la SBT. Selon lui, cette conférence est très importante, car dans nos pays, les rumeurs vont bon train. « Nous avons eu de bonnes informations par rapport au passage du Burkina Faso à la TNT », a-t-il déclaré.

Ainsi, il a confié que l'assistance est bien informée pour aller sensibiliser les populations. Quant à l'opérateur en communication audiovisuelle, André Roch Dabiré, il a exprimé sa satisfaction. « La rencontre a aidé le public à savoir ce qu'est la TNT », a-t-il signifié. M. Dabiré a souligné qu'il a été informé des changements qui seront envisagés dans ce nouveau système de diffusion. Enfin, il pense qu'il faut attendre la mise en œuvre du système pour pouvoir apprécier sa portée.

Burkina Faso

Le Burkina Faso lance la plus grande centrale solaire

L'infrastructure, la plus grande de la sous-région, permettra de combler le déficit qui oblige le pays… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.