12 Octobre 2017

Tunisie: Campagnes sécuritaires

Mais les interventions des forces de sécurité ne se limitent pas seulement à la traque des terroristes. Elles concernent aussi la délinquance, le banditisme, les agressions.

Ainsi, selon le porte-parole de la sûreté nationale, « pas moins de 20.700 braquages ont été enregistrés pendant les neuf premiers mois de 2017 ». Il a ajouté: « la campagne sécuritaire, lancée par le ministre Lotfi Braham, vise à enrayer cette nouvelle vague de criminalité qui s'abat sur le pays depuis près de sept ans ». Il a rappelé que pour les 8 premiers mois de cette année, « les campagnes dans les moyens de transport se sont soldées par l'arrestation de 2.244 personnes recherchées et la saisie de 1.900 motocycles.

D'autres campagnes effectuées à proximité des établissements éducatifs ont permis d'interpeller 537 recherchés, de saisir 485 motocycles et 5 voitures et de dresser 400 P.-V. de circulation ». Il y a aussi la lutte contre la contrebande. Ainsi, la Garde nationale a mis en échec 145 opérations de contrebande entre le 2 et le 7 octobre 2017, dans toute la Tunisie. Six armes ont été saisies lors de ces opérations. Selon le communiqué du ministère de l'Intérieur, publié lundi dernier, la valeur des marchandises saisies est estimée à 6 millions de dinars tunisiens.

On a saisi également 120 véhicules et arrêté 1.070 personnes dont 10 extrémistes religieux opérant avec les contrebandiers. Ce ne sont là que les dernières opérations. De fait, les douaniers saisissent toutes sortes de marchandises de contrebande ces dernières années : le 6 octobre, les agents de la douane relevant du district de Bizerte ont intercepté une cargaison de trois conteneurs remplis de couscous à destination... d'Israël. L'exportateur, qui entreprenait l'opération a prétendu que la cargaison était destinée à Chypre, mais les agents ont réussi à dévoiler la véritable destination de la cargaison : le port d'Ashdod, dans les territoires occupés. La cargaison a été saisie, et l'exportateur a écopé d'une amende de 84 mille dinars.

Le souci de garantir la sécurité du citoyen ne s'arrête pas là. Ainsi, le gouvernement a lancé, mardi dernier, une campagne de contrôle dans les abattoirs municipaux dans toutes les régions. Le ministre de l'Agriculture, Samir Taieb, a affirmé que « l'écrasante majorité des abattoirs dans le pays ne respectent pas les normes requises pour égorger les bêtes et conserver la viande dans les bonnes conditions ». Il a précisé que 23 équipes mixtes des ministères de l'Agriculture, du Commerce, de l'Environnement, épaulées par des unités du ministère de l'Intérieur, effectueront des visites-surprise dans les abattoirs afin de lutter contre le manque d'hygiène et l'insalubrité.

D'autres opérations devront suivre et intéresser divers méfaits. Le blocage des routes, des entreprises et des voies ferrées, par exemple, est une atteinte à la liberté de circuler.

Tunisie

Un militaire tué dans l'explosion d'une mine

Deux militaires ont été blessés par balle, dont un mortellement, alors que les cinq autres ont… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.