12 Octobre 2017

Tunisie: Sur fond de désaccords

L'Union tunisienne des taxistes (UTT), qui a appelé à cette grève, ne veut pas que sa mobilisation faiblit jusqu'à la satisfaction de ses revendications.

«Il s'agit, essentiellement, de l'approbation d'une augmentation de la tarification actuelle et la révision de la périodicité de la visite technique», a souligné, hier, à l'agence TAP, Faouzi Khabouchi, secrétaire général de l'UTT.

En dépit d'un appel à une grève massive, des taxis continuent de circuler et de transporter des citoyens au niveau de la cité El Khadhra, mais sans maintenir leur enseigne professionnelle lumineuse et sans déclencher les compteurs, a constaté une journaliste de l'agence TAP.

Une jeune aide-kiné, Marwa, qui travaille au sein d'un centre au quartier d'Ennasr, a indiqué à l'agence TAP qu'elle a dû payer 10 dinars pour pouvoir aller de la station «10 Décembre» à l'Ariana à la Cité Ennasr. Un tarif quatre fois plus cher que le prix du trajet qu'affiche, d'habitude, le compteur du taxi.

«La grève des taxistes n'a fait qu'aggraver la situation dans les transports publics, dont les services sont déjà un calvaire pour beaucoup de Tunisiens», a-t-elle lancé, mécontente.

Certains chauffeurs de taxi n'étaient pas en faveur de cette grève ouverte. A la cité Ettahrir, Younes a refusé de transporter une cliente non pas parce qu'il est partisan de la grève, mais de crainte de voir son véhicule, sa seule source de revenus, vandalisée. «Ceux qui ont appelé à cette grève menacent les taxistes qui ne la respectent pas», a déclaré Younes, qui reste collé au siège de sa voiture, ne faisant rien qu'écouter attentivement les infos, dans l'espoir d'entendre une déclaration de suspension.

Le président de la Chambre syndicale nationale des taxis individuels, Moez Sallami a déclaré à TAP que le nombre des adhérents à l'UTT est inférieur à celui des adhérents relevant des chambres syndicales. Entre 2015 et 2016, leur nombre a atteint 14.700, dont 1.700 à La Manouba, 2.500 à l'Ariana, 9.000 à Tunis et 1.500 à Ben Arous.

Sallami a affirmé avoir demandé aux adhérents des chambres syndicales, relevant de l'Utica, de ne pas répondre à l'appel à la grève et de continuer à travailler, mais sans maintenir les plaques de taxi «pour éviter les actes de vandalisme».

Du côté du ministère du Transport, le directeur général du transport terrestre, Fraj Ali, a précisé que le ministère est en train d'examiner les revendications des chauffeurs de taxis individuels. Il a indiqué que des réunions avaient été déjà organisées avec les représentants des chambres syndicales, relevant de l'Utica, «la partie syndicale la plus ancienne et la plus représentative du secteur», à son avis.

Le responsable a indiqué que le ministère du Transport n'a tenu aucune réunion avec les syndicats des taxis individuels depuis le lancement de la grève (9 octobre), alors que le secrétaire général de l'UTT, Faouzi Khabouchi, a déclaré qu'une réunion a été tenue, mardi, au siège de la présidence du gouvernement à La Kasbah, mais n'a débouché sur aucun accord.

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.