12 Octobre 2017

Cameroun: Le milliard et demi qui divise Camtel et Orange

La guerre que se sont livrés les deux partenaires porte sur une facture que l'opérateur privé ignore.

Chers clients, notre réseau connait des perturbations dues à des ruptures de service sur la fibre optique. Nos équipes travaillent pour un rapide retour à la normale ». Ce message d'Orange Cameroun servi à ses clients par voie de Sms dès vendredi 8 octobre, à la suite de la coupure de communications téléphoniques par voix orale et la fourniture de services internet, a plutôt suscité une levée de bouclier à la Cameroon télécommunications (Camtel).

Sur les réseaux sociaux, l'opérateur public, détenteur exclusif de la fibre optique au Cameroun, a livré son partenaire à la vindicte populaire. En éliminant la thèse d'une panne et en mettant en avant l'insolvabilité d'Orange Cameroun. A l'appui, un courrier du directeur général de Camtel adressé à son partenaire le 26 septembre 2017, portant «relance paiement capacités managées». Dans cette lettre, David Nkotto Emane réclame un milliard 640 millions 711 mille 753 francs CFA, pour «des capacités managées dont bénéficie Orange et dont les ressources s'appuient sur des boucles déployées par Camtel [et pourtant] la facture n'est pas à ce jour payée ». L'ultimatum servi à Orange expirait jeudi dernier.

D'où la déconnexion de la fibre optique qui assure la transmission de liaisons inopérants vendredi et samedi derniers sur l'ensemble du territoire. En présentant des excuses à ses clients, Orange ne se reconnait pas dans les accusations. «Orange Cameroun entretient des relations commerciales avec Camtel qu'elle considère comme un partenaire important, relations qu'elle juge comme étant de qualité, empreintes de confiance mutuelle.

Au titre de ces relations, elle remplit ses obligations contractuelles, et n'a pas à ce jour de facture échue impayée vis-à-vis de ce partenaire, factures qui seraient relatives soit à un contrat signé, soit à un accord commercial convenu entre les parties », conditions sine qua non de toute facturation, dément un haut cadre de la direction générale d'Orange Cameroun.

Vers de nouvelles perturbations ce 10 octobre

Faux, conteste Benjamin Gérard Assouzo'o, le directeur marketing et communication de Camtel qui parle d'«une commande qui a été exécutée en 2016 ; le service a bien été rendu, mais ils ne se sont pas acquittés du paiement de la facture», explique-t-il. «Orange Cameroun, en conformité avec les principes cardinaux de son éthique professionnelle, a toujours honoré ses engagements vis-à-vis de ses partenaires avec qui elle entretient des relations commerciales dans le respect de la réglementation en vigueur en toute matière pertinente notamment en droit des affaires », réplique-t-on à la filiale camerounaise de l'opérateur français.

Ici, on se dit embêté par l'attitude du partenaire. «Comme dans toute relation y compris commerciale, des différends peuvent surgir, des contestations peuvent exister, ces derniers doivent être traités en bonne intelligence et dans le cadre des dispositions légales et /ou réglementaires existantes dans notre pays, dispositions qui doivent s'imposer à tous », rappelle-t-on chez l'opérateur français. Entre temps, des négociations ont abouti au rétablissement de la fibre optique. «Ils ont sollicité du temps pour régler cette facture, jusqu'à mardi.

Et si mardi ils ne paient pas, on leur supprimera encore le service », prévient le partenaire public. La menace est réelle. «Le Cameroun étant un Etat de droit, personne, en l'occurrence aucune entreprise ne doit se considérer, ou agir comme étant au-dessus de la loi, quels que soient les moyens de pression dont elle peut disposer », réagit Orange. La guerre n'est donc peut-être pas terminée.

Cameroun

L'écrivain Patrice Nganang placé en détention

Patrice Nganang devrait être présenté à un juge ce matin. Contre lui, trois chefs… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.