13 Octobre 2017

Cameroun: 1er octobre - « La remontada » n'a pas eu lieu

Ils avaient promis un tremblement de terre proche de l'Armageddon apocalyptique, on a eu droit à un séisme de magnitude 1 sur l'échelle de Richter. Le débarquement annoncé de l'Ambazonia Forces, le 1er octobre, ne fut qu'un pétard mouillé. L'investissement du terrain par les troupes du suprême chef des armées fut à peine plus efficace qu'une rafle de police, puisque le morceau de cotonnade tant redouté réussit tout de même à s'élever dans le ciel à quelques endroits de l'autre rive du Moungo.

Pourtant, nous fûmes tous transis de peur ! C'est ça la vérité. Au lendemain de la « confrontation », chaque protagoniste revendique la victoire, comme dans une élection africaine. Mais, en réalité, « les deux camps sont sortis monsieur ! ». C'est ainsi qu'on dit « match nul » au village. Peut-être faudrait-il même accorder un p'tit bonus au camp d'en face, qui nous a permis de célébrer enfin ce fameux 1er octobre ! Et la guerre des chiffres du front fait rage.

Messieurs les évêques anglophones crient déjà au génocide, divisant une église catholique qui est au Cameroun déjà si unie ! Alors que les braises du 1er octobre ne sont pas éteintes ni consumées, voilà que le président autoproclamé du « bantoustan » fantomatique comme l'appelle Owona Nguini, poste sur Facebook une vidéo dans laquelle il se produit à la Consty Eka devant une Berline sur laquelle flotte le morceau d'étoffe qu'il était censé hisser sur un poteau à Buea ou Kumbo. Pendant ce temps, Fru Ndi, se fabriquant une impossible légitimité ou une virginité politique, se lave à l'hysope et livre Paul Biya aux juges de la Cpi pour crimes contre l'humanité.

Et voilà que Barrister Akere, menton levé à la Mussolini, montrant de son index la terre promise à ses frères anglophones devenus aussi boudeurs qu'un enfant de riche privé de dessert, enfile son costume-cravate de présidentiable. « Des jours meilleurs jailliront des cendres », leur dit-il. C'est la devise de Detroit. Et, en cas de victoire, «je protègerais Paul Biya, je n'entreprendrais rien contre lui», assure Akere Muna. Quel sage ! Pauvre petit peuple ! Le taureau abattu, commence la charogne autour de sa carcasse...

Un seul mot aujourd'hui, « dialoguez » ! D'accord. Mais qui avec qui ? Tous les plénipotentiaires de l'homme d'Etoudi (Philemon Yang, Atanga Nji, Gogomu) ont mordu la poussière comme des débutants. Si Peter Agbor Tabi était encore vivant ! Il aurait dit à ses frères ce qu'il dit autrefois aux étudiants rebelles de Ngoa-Ekelle : « Vous marchez ? courez plutôt ! ». Un dur à cuire, çui-là. Il nous manque déjà... Mais, man no run! Personne ne partira, garantit Garga Haman Adji, le président de l'Alliance pour la démocratie et le développement !

Surtout, ne pressez pas le président de la République, car « Paul Biya que vous voyez-là ne marchera jamais sous pression. Il est rétif quand on le met sous pression. Qu'on le laisse un peu, même six mois... », conseille-t-il à ces apprentis-sorciers de séparatistes. Rétif signifie têtu comme une mule noire. Attendre, oui... mais six mois ? quand même !

Le connaissant, il prendra six siècles ! Mais, quelqu'un l'a dit : Paul Biya est plus un auteur qu'un acteur. Il écrit le texte, fait la mise en scène, frappe les trois coups au commencement et ferme le rideau à la fin. Il choisit toujours de parler quand les lampions de la fête sont éteints et les tréteaux retirés, et vient pour la photo.

Cameroun

La garde à vue de Patrice Nganang prorogée

Patrice Nganang n'a pas été déféré hier au parquet du tribunal de grande instance de… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.