12 Octobre 2017

Burkina Faso: Ouagadougou - Deux bandes de malfrats dans les filets de la police

Les agents du commissariat central de la police de la ville de Ouagadougou et ceux de la police judiciaire, ont démantelé deux réseaux de malfaiteurs.

Cette interpellation répond à la mission régalienne de protection des personnes et de leurs biens, propre à la police nationale. Pour le directeur régional de la police du Centre, le commissaire principal Joseph Toni, cette prise contribue à diminuer le nombre d'actes de vandalisme.

C'est à la suite de nombreuses plaintes reçues sur des vols d'engins à deux roues et bien d'autres matériels que des enquêtes ont été ouvertes aussi bien par le service régional de la police judiciaire du Centre et le commissariat central de la police de Ouagadougou.

Ainsi, les investigations menées selon le commissaire principal de police Bonswindé Sankara, «ont permis le démantèlement de deux réseaux de malfrats spécialisés dans les vols et recels d'engins à deux roues, de postes téléviseurs et autres matériels et de faux et usage de faux».

Constitué chacun de présumés voleurs, de présumés receleurs et présumés auteurs de faux et usage de faux, ces deux groupes en question avaient le même mode opératoire.

A ce sujet, le commissaire de police Honoré Kientega, par ailleurs chef du service régional de la police judiciaire de Ouagadougou a donné de plus amples détails.

«Le groupe des présumés auteurs de vol par effraction s'introduit nuitamment dans les domiciles en forçant les portes, ou escaladant les murs pendant que les occupants sont profondément endormis», a-t-il expliqué.

Ces personnes mises aux arrêts opéraient pour la plupart à Ouagadougou, notamment dans les quartiers de la Patte d'Oie, Karpala, Zone 1, Dassasgho, Wemtenga et les 1200 logements. Ils ciblaient «les vélomoteurs de premier choix, ou encore original».

Après avoir mené leurs opérations, «les vélomoteurs et autres objets volé sont ensuite livrés au groupe des présumés receleurs contre des sommes allant de 150.000 à 500.000 francs CFA pour les vélomoteurs, et de 50.000 à 75.000 francs CFA pour les postes téléviseurs à écran plat», indique le commissaire Kientega.

A la suite de cette étape, intervient celle consistant à la modification des numéros de série des motos et à l'établissement de faux documents de douane, avant d'être réintroduites sur le marché par des mécaniciens et autres intermédiaires afin de les écouler. Pour ce qui est de téléviseurs, ils sont revendus à bas prix par des réparateurs ou vendeurs d'occasion.

Au cours de son enquête, la police judiciaire a pu saisir 72 motos, 5 ordinateurs portables, 6 téléviseurs écran plat, 6 téléphones portables, 2 appareil de sonorisation (boomer), 2 lecteurs DVD, 1 ventilateur sur pied et divers faux documents d'engins.

Pour sa part, le commissariat de Police central de Ouagadougou, a mis la main sur 42 motos, 1 fusil de chasse de calibre 12 mm, 7 téléviseurs écran plasma, 1 coupe-coupe, 1,5 Kg de cannabis, 1 lot de cartes grises et de CMC.

Le premier groupe, démantelé par le commissariat central, est composé de 10 membres, avec pour chef Moussa Belem, un repris de justice âgé de 40 ans, employé de commerce.

Ce groupe sept personnes séjourne à la Maison d'arrêt de correction de Ouagadougou (Maco). Quant à la seconde bande, elle est constituée de 8 membres, dont des élèves, étudiants, employés de commerce et mécaniciens. Le plus jeune est âgé de 16 ans.

A en croire le commissaire Honoré Kientega, «les investigations sont actuellement closes et tous les mis en causes dans ces deux affaires seront conduits devant Madame le Procureur du Faso».

Profitant de l'occasion, ces différents services de la Police nationale tout en remerciant les personnes ayant permis l'atteinte de ces résultats, appellent à «plus de collaboration» pour endiguer l'insécurité.

Burkina Faso

Cour de justice de la CEDEAO - Ousmane Guiro débouté

La Cour de Justice de la CEDEAO a déclaré, hier mardi 21 novembre 2017, la plainte de Ousmane Guiro, ex-DG… Plus »

Copyright © 2017 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.