12 Octobre 2017

Burkina Faso: Coup d'état avorté - Médiapart connaît-il le général ivoirien Vagondo ?

Médiapart, dans la perspective de l'élection présidentielle de 2020, s'intéresse beaucoup à la Côte d'Ivoire, ou plutôt au Président Alassane Ouattara, accusé par l'officine socialiste que dirige Edwy Plenel, d'être responsable de tout ce qui se passe dans la sous-région.

Il y'a eu une tentative de coup d'État au Burkina, afin de rendre le pouvoir à Blaise Compaoré. Pour Médiapart qui cite même un huis clos des chefs d'État africains auquel aucun journaliste n'a participé, derrière ce coup d'État avorté, il y'a forcément la Côte d'Ivoire, et surtout Alassane Ouattara qui a commis selon Médiapart le « lourd crime » d'avoir été installé au pouvoir, (toujours selon le vocabulaire Médiapart) par la France et l'Occident capitaliste.

Médiapart n'est jamais objectif, lorsque ses journalistes se laissent emporter par leur fibre militante, anticolonialiste et anticapitaliste.

Il suffit de se reporter aux écrits d'Edwy Plenel pour comprendre que Médiapart est plutôt du côté de l'ancien régime ivoirien de Laurent Gbagbo, membre de l'internationale socialiste, que du côté de Ouattara, accusé d'être au service de la finance internationale.

Chose étrange, Mediapart et Edwy Plenel ne connaissent pas le Général Vagondo, un général si discret ! Ils se permettent donc de divulguer un document qui proviendrait de la justice burkinabè et qui permettrait d'éclairer le dossier de coup d'État avorté. Le document n'est pas authentifié, mais Médiapart a le culot d'affirmer qu'il a demandé aux autorités ivoiriennes de se prononcer sur un tel document.

La gestion d'une affaire aussi délicate suppose qu'Abidjan ne réponde pas aux injonctions de journalistes partisans, avides de scandales politico-militaires.

Si par extraordinaire, les allégations faites par les suspects mis en cause étaient avérées, c'est-à-dire si les autorités ivoiriennes ont été effectivement mises en cause par les auteurs du coup d'État manqué, les journalistes de Médiapart devraient alors éviter d'oublier que lorsque des gens sont inculpés, ils sont prêts, pour se sauver, à utiliser tous les moyens.

C'est ce qui se passe avec l'apparition soudaine du Général Vagondo dans le dossier, puisqu'il n'existe aucune preuve que le Général Vadongo aurait apporté un soutien aux putchistes, et que derrière Vadongo, il y'a une puissance étrangère, la Côte d'Ivoire. Or, qui dirige la Côte d'Ivoire ? L'ami de Compaoré.

La boucle est bouclée : Médiapart invente une « story telling », dans laquelle Ouattara est forcément coupable. Sans preuve aucune, parce que des suspects l'auraient dit ! Sans que la justice de Ouagadougou, ait accordé un crédit à leurs allégations, sans qu'une contre-enquête, ou une reconstitution de crime, ait pu avoir lieu.

On se souvient que dans l'affaire de l'expulsion de Kemi Seba, l'activiste qui dénonce le Franc CFA, tout comme dans les déboires de l'ex-ministre togolais qui s'est prononcé contre le CFA, le nom du Président ivoirien avait encore été avancé pour expliquer l'arrestation et l'expulsion du Sénégal de Seba, et le limogeage du ministre togolais.

C'est pourtant clair et simple : les putschistes de Ouagadougou , constatant que la diplomatie avait permis d'étouffer l'affaire des écoutes téléphoniques, n'hésitent pas à mettre en cause la plus haute autorité ivoirienne. Ils espèrent ainsi échapper à la justice burkinabè. Décidément, Alassane Ouattara a le dos bien le dos large.

Médiapart n'est-il pas en train de se dire : regardons ce qui se passe en Afrique contre nos amis, les dirigeants socialistes, car il y'a sûrement moyen d'impliquer Ouattara et la France. Pour Edwy Plenel, l'éternel trotskiste, notre pays la France est, devant l'Histoire, une éternelle coupable, ce qui l'autorise à réécrire l'Histoire ou à « tordre » l'histoire contingente. Peu importe les dommages collatéraux.

Moi qui au cours de ma carrière, ait eu l'honneur de rencontrer ce général discret et intègre, je ne pouvais me taire sur les dérives de cette presse militante, qui tire la gloire, dans cette volonté de « flinguer », les puissants sans avoir prouvé leurs culpabilités, en s'érigeant en juges à la place des juges et de la justice . Cette fois-ci, je les préviens : ils n'auront pas raison de nous, comme ils ont eu raison de nôtre regretté Pierre Beregovoy.

Burkina Faso

Trente ans après Sankara, la France doit poser des actes

Il y a trente ans, le 15 octobre 1987, le président du Burkina Faso Thomas Sankara était assassiné,… Plus »

Copyright © 2017 L'Intelligent d'Abidjan. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.