11 Octobre 2017

Kenya: La nouvelle loi électorale prépare la victoire de Kenyatta

La nouvelle loi exclut tout candidat qui se retire d'une élection présidentielle organisée suite à l'invalidation du précédent scrutin. Conséquence : l'autre candidat resté en lice est automatiquement déclaré vainqueur.

Le nouveau texte adopté consacre aussi la suprématie des résultats transmis manuellement sur ceux transmis électroniquement en cas d'écart entre les deux mode de comptage.

Or, c'est justement sur le mode de décompte des voix que portait la contestation de Raila Odinga devant la Cour de justice et qui a abouti à l'invalidation du scrutin du 8 août dernier.

"Il y a eu des aspects sur lesquels la Cour suprême s'était prononcée et qui n'ont pas été pris en compte. Et dans ce cas là, les fraudes allaient continuer. Monsieur Odinga a lutté contre beaucoup de choses qui nous ont amenés à une nouvelle constitution. Il ne s'agit pas de lui-même, mais du bien du pays", a expliqué à la Deutsche Welle, Carole Agengo, qui a été membre de la Commission d'enquête sur les violences post-électorales de 2007 et 2008 au Kenya.

C'est pourquoi, Raila Odinga conditionne sa participation au scrutin du 26 octobre par une réforme en profondeur de l'IEBC, la commission électorale nationale.

Nombreux sont ses partisans qui partagent cette position, ils ont manifesté ce matin à Mombasa, la deuxième ville située au sud-est de Nairobi, la capitale: "Je suis heureux que Raila Odinga ait pris cette décision de ne pas aller livrer un match de football sur un terrain couvert d'épines", analyse Carole Agengo, "la décision de se retirer de l'élection est juste et importante parce que s'il avait attendu il n'aurait pas pu contrôler la situation."

Ajoutons que l'introduction du vote électronique avait été décidée après les élections de fin 2007 qui ont abouti à des violences politico-ethniques meurtrières qui se sont soldées par des milliers de morts et un pays profondément divisé.

Violentes manifestations

Comme à l'accoutumée, l'opposition est de nouveau descendue dans la rue ce mercredi au lendemain de l'annonce du retrait de son leader, Raila Odinga de l'élection présidentielle du 26 octobre.

Les manifestations ont eu lieu à Kisumu et Homa Bay, des villes situées dans l'ouest du pays et considérés comme des bastions de l'opposition. Après avoir érigé des barricades, les manifestants ont scandé des slogans appelant à des réformes du système électoral avant la tenue du scrutin du 26 octobre.

Après moult hésitations, l'opposition a saisi la Cour suprême du Kenya qui a invalidé le 1er septembre dernier la réélection du président sortant, Uhuru Kenyatta, avec 54,27% des voix, contre 44,74% pour Raila Odinga.

Dans son arrêt, la Cour a invoqué des irrégularités dans la transmission des résultats et accablant l'IEBC, la commission électorale.

Cet arrêt historique de la Cour suprême est une première en Afrique, et le courage des juges avait été salué dans le monde.

Kenya

Nouvelles violences en marge des manifestations de l'opposition

Au Kenya, la mobilisation de l'opposition continue malgré un récent arrêt du gouvernement… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.