13 Octobre 2017

Togo: Mention "respect de la loi" pour UNIR, mention "débordement et incidents" décernée à l'opposition

Les deux mois de manifestation de rue dans le pays entre pro réformes et pro retour à la Constitution de 1992 semblent avoir été notés par le gouvernement togolais.

Réunis hier en Conseil des ministres, les membres de l'exécutif ont, d'après le communiqué ayant sanctionné les travaux, suivi le compte rendu du ministre de la Sécurité et de la Protection civile sur les "manifestations publiques organisées depuis le 19 Août 2017 par les partis politiques ou coalitions de partis politiques".

Il est donc relevé que "dans l'ensemble, les manifestations organisées par le parti UNIR se sont déroulées dans le respect de la loi et sans aucun incident". A en croire le gouvernement togolais, on ne saurait dire la même chose pour les manifestations de l'opposition.

"En revanche, celles organisées par la coalition des 14 partis politiques de l'opposition se sont soldées, par moment, par des débordements et des incidents notamment le 19 Août, les 7 et 20 Septembre et le 5 octobre 2017. Concernant particulièrement les jeudi 05 soctobre, dès le début des marches qui avaient trois points de départ, certains groupes de manifestants se sont détachés de la masse pour ériger des barricades sur les artères dans différents quartiers de la ville de Lomé avant de rejoindre les autres manifestants plus tard.

Par endroits des pavés ont été arrachés, entrainant la dégradation de la chaussée. De même au cours de leur marche, des manifestants se sont livrés à des actes de vandalisme et de violences sur des commerçants et leurs installations et sur de paisibles citoyens qui vaquaient librement à leurs occupations. Le même genre de violence et de débordement a été constaté également à Sokodé paralysant le trafic routier vers les pays de l'hinterland.

Certains manifestants sont même allés dans les écoles cherchant à déloger les enfants en vue de les forcer à se joindre à la manifestation", renseigne le communiqué du Conseil.

Dans sa suite, le point fait a amené le gouvernement à condamner "cette attitude irresponsable et contraire à l'esprit de la loi n°2011-010 du 16 mai 2011 fixant les conditions d'exercice de la liberté de réunion et de manifestation pacifiques publiques au Togo". Aussi, déplore-t-on que certains leaders politiques se soient livrés "à des incitations à la violence et à la haine en encourageant leurs militants via les réseaux sociaux à s'en prendre aux forces de l'ordre et aux autorités".

En réitérant "sa volonté d'apaisement et de cohésion, le gouvernement a invité "la population à œuvrer pour le vivre ensemble et la paix sociale".

Togo

Rendez-vous annuel de la Francophonie à Lomé

Le Togo accueillera les 25 et 26 novembre à Lomé la 34e conférence ministérielle de la… Plus »

Copyright © 2017 Télégramme228. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.