12 Octobre 2017

Congo-Kinshasa: CEDEF - Le pays s'apprête à déposer son 8ème rapport périodique à Genève !

Il se tient du 12 au 13 octobre 2017 à Kinshasa, un atelier consacré à la validation du 8ème rapport périodique sur la mise en œuvre de la Convention sur l'Elimination de toutes les formes de Discrimination à l'Egard des Femmes, CEDEF. Cette rencontre est organisée par le ministère des Droits Humains, sous la houlette du Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

Les experts et membres du Comité Interministériel des Droits de l'Homme, les organisations de la Société Civile ainsi que les activistes de l'Ong Droit de l'homme se réunissent autour d'une table en vue d'améliorer et harmoniser davantage certains aspects de ce document qui est considéré comme un instrument juridique international relatif aux droits de la femme. Quelques personnalités du gouvernement de la République ainsi que les membres du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'Homme (BCNUDH) et de la CNDH-RDC y prennent également part, vu l'importance du dossier.

Représentant Marie-Ange Mushobekwa, Ministre de tutelle empêchée, Justin Bitakwira a donné le coup d'envoi solennel des travaux de cet atelier qui se tient pendant deux jours en la salle de conférence du Ministère des Affaires Etrangères. «La RDC est devenue la bête noire des organisations des Droits de l'Homme, que ce soit au niveau international, sous-régional ou local. Ainsi, il s'agit ici de démontrer quelques progrès en matière de la protection et de la défense des femmes et de l'équilibre entre l'homme et la femme dans le foyer, dans la société, depuis la révision du code de la famille en RDC. C'est une manière pour nous de régulariser et de se conformer à la Convention de Genève... », a déclaré le Ministre du Développement Rural.

L'exercice que se livre la RDC, à travers cette réunion, est conforme aux dispositions de l'article 18 de la Convention précitée. Celle-ci exige aux Etats parties à s'engager et à présenter au Secrétaire Général des Nations Unies pour examen par le Comité, leur rapport sur les mesures d'ordres législatifs, judiciaires, administratifs ou autres qu'ils ont adoptées pour donner effet aux dispositions de la présente convention et sur les progrès réalisés à cet égard. "Je vous invite tous à donner le meilleur de vous-même de manière à valider ce travail", a-t-il déclaré.

Toutefois, une fois validé par les experts du gouvernement, signale-t-on, le 8ème rapport périodique de la RDC sera déposé au comité pour l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Ainsi, Justin Bitakwira a salué la tenue de cet atelier qui est une obligation conventionnelle afin de permettre à chacun et chacune des participants d'enrichir et rendre attrayant dans la mesure du possible ce 8ème rapport périodique de la RDC attendu à l'ONU.

«Je remercie tous les experts du comité interministériel des droits de l'homme ainsi que ceux du cabinet des Droits Humains pour la qualité du travail abattu », a conclu le Ministre du Développement Rural, en souhaitant plein succès à cet atelier.

Par ailleurs, le Ministre des Affaires Sociales qui a représenté sa collègue du Genre, Famille et Enfant, estime que ce rapport est l'expression de la consécration des «Droits de la femme» par la Constitution de la RDC. Partant, Eugène Serufuli encourage les participants à améliorer ce rapport qui vaut l'image du pays.

Pour Abdoul AZIZ THIOYE, cette rencontre initiée par le Ministère des Droits Humains, est un signal fort et un signe de volonté qui atteste la détermination et l'engagement entre la RDC et la communauté internationale en matière de protection et promotion de la femme. Son importance capitale démontre une opportunité afin de valoriser tous les efforts consentis dans la mise en œuvre de ce document. «Nous croyons qu'il sera question pour les experts des comités interministériels aux droits humains et les autres participants de suggérer des pistes de solutions pour l'application de ce rapport qui appelle à la solidarité universelle. Car, il va de l'intérêt de la RDC de satisfaire les obligations juridiques internationales», a souligné le Directeur a.i du BCNUDH.

Rappelons que la RDC avait présenté, en 2013, son 6ème et 7ème rapports périodiques cumulés à Genève. A cette occasion, le comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes avait formulé quelques recommandations au pays de Joseph Kabila, qui portaient notamment, sur les dispositions du Code de la famille.

Congo-Kinshasa

Prison à vie pour 11 miliciens accusés de viols de masse sur des fillettes

La cour militaire de Kavumu, dans l'est de la RDC a rendu son verdict, mercredi 13 décembre : le… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.