12 Octobre 2017

Congo-Kinshasa: Rapport semestriel Africa's pulse - La Banque Mondiale plaide pour l'investissement dans la jeunesse

La Banque Mondiale a procédé, le mercredi 11 octobre dernier, à son siège à Gombe, au lancement du rapport semestriel dénommé «Africa's Pulse », un rapport qui analyse l'état des économies africaines.

Ce rapport constate une perte d'efficience des investissements, en particulier, dans les pays dont l'économie fait preuve d'une moins grande résilience. Concernant le secteur de l'éducation, le rapport constate des difficultés sérieuses. Un enfant sur trois ne va pas au terme de sa scolarité et moins de 10% accèdent à l'enseignement supérieur.

C'est Albert Zeufack, économiste en Chef de la Banque Mondiale pour l'Afrique qui a procédé à la présentation du rapport Africa's Pulse. Dans son exposé, il a expliqué que dans la plupart des pays africains, la reprise économique est là, mais il reste beaucoup à faire pour conforter durablement l'assise de cette croissance. Et de dire que dans plusieurs domaines clés, les progrès sont timides. Le rapport constate, également, une perte d'efficience des investissements, en particulier dans les pays dont l'économie fait preuve d'une moins grande résilience.

Cela est particulièrement vrai dans le développement des compétences, où les pays doivent comprendre pourquoi ils continuent d'avoir la main-d'œuvre la moins qualifiée au monde alors qu'ils investissent considérablement dans les secteurs particulièrement, celui de l'éducation. Pratiquement, un enfant sur trois ne va pas au terme de sa scolarité et moins de 10% accèdent à l'enseignement supérieur. «Malgré le volume des dépenses publiques d'éducation, des millions d'enfants africains n'acquièrent toujours pas les compétences de base pour pouvoir participer activement au marché du travail», a déclaré l'économiste en chef de la Banque Mondiale.

Investir dans la jeunesse

Il a déploré le fait que beaucoup de jeunes africains quittent l'école sans avoir acquis les notions indispensables pour mener une vie productive. Et d'ajouter que dans de nombreux cas, moins de la moitié des adultes savent lire et écrire. « La jeunesse est un atout si elle saisit les opportunités qui se présentent à elle», a-t-il précisé. Pour combler ces lacunes, il a invité les pays d'Afrique subsaharienne à aider les jeunes à la maîtrise de la lecture, l'écriture et le calcul. «Il ne peut y avoir de croissance durable, si la population ne maîtrise pas les fondamentaux que sont la lecture, l'écriture et le calcul autant de compétences qui permettent à chacun d'être un citoyen accompli et de réaliser ses rêves», soutient-il.

Congo-Kinshasa

Rapport de la Cenco sur l'avancement du processus d'enrôlement

La Cenco a présenté un rapport lundi 20 novembre sur l'avancement du processus d'enrôlement en RDC.… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.