12 Octobre 2017

Cameroun: Thérèse Sipoawa Tiwa - La mécanique dans la peau

Depuis une dizaine d'années, Thérèse Sipoawa Tiwa a fait de la mécanique sa raison d'être

Teint clair, une taille plutôt bonne, le sourire de rigueur mais un peu coincé comme pour un premier rendez-vous galant, la trentaine à peine entamée, Thérèse Sipoawa Tiwa nous accueille comme si elle était obligée de le faire. Il se dégage de la jeune femme une espèce de timidité qu'elle a du mal à cacher derrière son visage avenant et poupon. Engager la conversation semble un supplice. Mais elle finit par se jeter à l'eau, non sans clairement hésitée quelque peu, encouragée par l'environnement, le sien, qui lui donne une certaine assurance, comme un chien maître chez soi.

«La mécanique est un métier que j'ai aimé toute petite déjà. Je n'aimais que les jouets de garçons, et surtout les véhicules qui m'intéressaient », déclare-t-elle d'emblée. Dans un premier temps, les parents ne s'en offusquent pas. Puis la combattent quelque temps après, quand elle leur annonce qu'elle veut faire mécanique automobile. Mais ils finissent par accepter le penchant de leur fille. La mécanique automobile, elle semble l'avoir dans la peau et veut en faire son gagne-pain. Elle s'inscrit à l'Institut Siantou en filière Mécanique automobile. Au sortir de cette formation, place au monde professionnel. Elle va passer quatre bonnes années à écumer des garages dans la ville de Yaoundé. De ces années-là, elle garde un souvenir mi-figue mi-raisin. Surtout qu'elle ne s'épanouit pas vraiment. Les premières réticences de ses parents la rattrapent sur le terrain, avec des remarques pas désobligeantes de certains usagers. Beaucoup la trouvent frêle. Mais la jeune fille a du caractère.

Elle encaisse sans broncher, se faisant doucement, mais sûrement la main. Elle en repartira avec une certaine assurance et la volonté plus qu'affirmée de s'imposer dans ce métier. Quelque temps après, la chance lui sourit. Elle est embauchée dans une boîte de la place et laisse libre cours à son talent. A longueur de journée, elle est au contact des machines, des vraies et continue de se faire la main. Entourée de professionnelles qui la couvent, et un vœu dans un coin de sa tête, avoir à elle, son garage et réaliser ainsi son rêve : devenir propriétaire et patronne.

Cameroun

L'écrivain Patrice Nganang placé en détention

Patrice Nganang devrait être présenté à un juge ce matin. Contre lui, trois chefs… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.