13 Octobre 2017

Burkina Faso: Lutte contre le terrorisme dans le pays - La France offre 15 boucliers de sécurité

Le ministère de la Sécurité a reçu, le 12 octobre dernier à Ouagadougou, du matériel de sécurité. Le don, composé de 15 boucliers de sécurité dont la valeur est estimée à 23 millions de F CFA, est l'œuvre de la France par l'intermédiaire de son ambassade au Burkina Faso.

Ce matériel est destiné à l'unité de lutte contre le terrorisme de la Gendarmerie nationale et celle de la Police nationale.

15 boucliers de sécurité ! C'est ce qu'a reçu de la France, le ministère en charge de la sécurité. D'une valeur estimé à 23 millions de F CFA, ce matériel est destiné à l'unité de lutte contre le terrorisme de la Gendarmerie nationale et celle de la Police nationale. Un geste qui vient à point nommé, dans la mesure où ceux qui sont chargés de d'agir en cas d'attaque terroriste ne disposent pas de ce type d'équipement en nombre suffisant. C'est pourquoi, en attendant d'autres soutiens, le premier flic du Burkina, Simon Compaoré, s'est réjoui du geste de la France.

« Après la dernière attaque terroriste sur l'avenue Kwame N'Krumah, nous avons rencontré les premiers responsables de l'ambassade de France au Burkina et leur avons fait part de certaines urgences qui nous préoccupent », a indiqué Simon Compaoré, ministre de la Sécurité. L'acquisition de ce type de matériels et bien d'autres matériels, a-t-il expliqué, fait suite à plusieurs accords. Il faut les avoir avant de passer la commande.

Les autorisations sont délivrées hors du Burkina, notamment à Abuja au Nigeria. Mais qu'à cela ne tienne, le ministre a relevé que son département travaillera à fédérer les énergies afin que les hommes qui travaillent jour et nuit sur le terrain, soient dotés de matériel adéquat afin de réduire le phénomène du terrorisme et le grand banditisme à leur plus simple expression. D'ailleurs, a-t-il confié, du matériel roulant a déjà été octroyé et d'autres actions sont en cours.

Blessé parce que qu'il n'y avait pas assez de boucliers

Et pour ces actions, le Burkina peut compter sur la France, a indiqué Xavier Lapeyre de Cabanes, ambassadeur de France au Burkina. D'ailleurs, a-t-il rappelé, la coopération entre la France et le Burkina en matière de sécurité, est excellente. Après l'attentat de Cappucino, a indiqué le diplomate français, Paris a dépêché des gendarmes et policiers français pour former les unités d'intervention spéciale de la Gendarmerie nationale et de la Police nationale du Burkina.

« Lors de l'attentat du café Aziz Istanbul, la formation avait, certes, porté ses fruits parce que l'unité d'intervention de la Gendarmerie nationale a fait remarquablement son travail. Malheureusement, il manquait une chose et cette chose était les équipements, notamment des boucliers. Malheureusement, l'un des gendarmes qui sont intervenus a été blessé, parce qu'il n'y avait pas assez de boucliers ; il est même mort de ses blessures », a déploré Xavier Lapeyre de Cabanes.

L'objectif de ce don de boucliers, a-t-il justifié, est de mieux protéger l'unité d'intervention de la Gendarmerie nationale quand elle fait une intervention de ce type, de façon à ce qu'elle n'y ait plus à déplorer de décès dans ses rangs.

Burkina Faso

Nantes - Année terminée pour Préjuce Nakoulma

Préjuce Nakoulma ne retrouvera plus les pelouses de la Ligue 1 cette année. Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.