13 Octobre 2017

Sénégal: Dr Fatma Guenoune - «Ajouter la prise en charge du cancer dans la couverture maladie universelle...»

La présidente de la Ligue sénégalaise contre le cancer (LISCA), le Dr Fatma Gueunoune montre des signes d'impatience de voir la gratuité du traitement du cancer au Sénégal. L'oncologue ajoute sa voix à celles qui prônent cette gratuité déjà appliquée par plusieurs pays de la sous-région.

Elle s'est également souciée du coût de la radiothérapie avec les trois nouveaux appareils en cours d'installation dans le pays dont l'un dans le privé.

Après la sortie de l'association Cancer du sein Sénégal, la ligue Sénégalaise contre le Cancer (Lisca), par la voix de sa présidente, s'est prononcée sur l'urgence de la gratuité de traitement du cancer. S'expliquant sur cette question, lors d'un entretien sur le déroulement de «Octobre Rose», Dr Fatma Guenoune a plaidé pour que la gratuité du traitement du cancer soit appliquée ou si l'Etat ne parvient pas à le faire, il lui faudra trouver des solutions pour subventionner la prise en charge onéreuse du traitement. C'est le cas de la chimiothérapie ou de la radiothérapie dont les patients peinent à débourser les fonds nécessaires et suivre les douloureux traitements. De quoi conduire la présidente de Lisca à exhorter les autorités à intégrer le cancer dans le programme de la CMU.

Saluant au passage les efforts consentis par l'Etat en appareils de radiothérapie, l'oncologue a fait remarquer que le besoin est toujours là, car l'idéal est de couvrir toutes les régions du pays à l'instar du Maroc où l'on dénombre un total de 32 appareils.

Evoquant les facteurs de risque des cancers qui se propagent de plus en plus, la présidente de Lisca d'informer que l'alimentation entre dans 30 % de la survenue des cas recensés. C'est pour cela, qu'elle recommande à la population de manger beaucoup de fruits et légumes et éviter les viandes rouges qui doivent être moins consommées. Elle a fustigé, par ailleurs, la publicité par voie de médias de certains produits alimentaires comme les cubes et autres additifs qui sont des facteurs des maladies cardiaques et du cancer et constituent ainsi une menace contre la santé publique

Sur les cas de cancer causés par la dépigmentation, l'oncologue s'en est prise aux femmes qui pratiquent ce fléau et les qualifient de gens qui renient leur foi en Dieu lequel a choisi de les créer avec la peau noire. Pour combattre cette pratique, elle invite les religieux à jouer les premiers rôles et d'argumenter contre la dépigmentation qui est contraire à la religion.

Pour Octobre Rose, elle soutient que 3000 bons de mammographie vont être distribués. Les sages-femmes de Tivaouane et de Touba sont actuellement en train d'être formées et des campagnes de dépistage de masse se feront dans ces localités religieuses. Trois bourses de formation en radiothérapie font également partie de l'actif de la ligue Sénégalaise de lutte contre le cancer.

Au Sénégal, 8000 nouveaux cas sont enregistrés chaque année. Alors que chez les enfants, on estime à 800, le nombre de nouveaux cas attendus. Parmi les types de cancer, celui du sein prédomine dans le pays avec 2000 nouveaux cas par an. Tous les résultats des dépistages en cours ne sont pas encore disponibles pour les cancers du sein et du col, mais parmi les 2000 femmes testées, le pourcentage positif est inférieur à 3%.

Sénégal

Descente implacable aux enfers de Michael Reza Pacha, les masques tombent

Confidentiel Afrique qui suit en exclusivité de très près voilà plusieurs mois l'affaire… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.