14 Octobre 2017

Sénégal: L'OMVS apporte 10,5% dans la production énergétique de la Sénélec (responsable)

Saint-Louis — Le chef du service dispatching de la Sénélec, Idrissa Traoré a estimé, samedi à Saint-Louis, à 10,5% l'apport des barrages de Manantali et Felou dans la production de la société nationale d'électricité.

Les deux barrages aident à renforcer de "manière notable" la production énergétique de la Sénélec pour un approvisionnement correct des ménages en énergie électrique, a indiqué M. Traoré.

Le responsable de la Sénélec s'exprimait lors d'un atelier organisé par le Réseau des journalistes de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) sur le thème : "la contribution de l'OMVS dans l'approvisionnement et la production d'énergie au Sénégal".

Idrissa Traoré a en outre précisé que le Sénégal dispose d'un quota de 33% pour la fourniture d'énergie de l'OMVS provenant du barrage de Manantali. Cela permet, selon lui, à la Sénélec d'avoir "une stabilité de l'énergie fournie à la clientèle, mais aussi de son réseau de transport".

Expert à l'OMVS, Bouya Condé est, dans son exposé, sur les raisons de la création de l'organisation inter-Etats au lendemain de la forte sécheresse que les pays du Sahel ont connue en 1972.

L'organisation qui a pour objectif d'assurer une autosuffisance alimentaire pour les populations du bassin s'est orientée sur une politique énergétique, a soutenu M. Condé, faisant noter qu'il ne peut y avoir de "développement sans la maîtrise de l'énergie".

"Dans ses missions, l'OMVS s'efforce à réduire la vulnérabilité des économies de ses Etats membres, notamment la Mauritanie, le Mali, Guinée et Sénégal, afin d'accélérer le développement économique, mais aussi de préserver l'équilibre des écosystèmes dans la sous région" a-t-il ajouté.

Bouya Condé est aussi revenu sur les réalisations de l'OMVS qui ont notamment trait à des aménagements hydroélectriques, à l'électrification rurale, à la valorisation de sources d'énergie solaire, éolienne, entre autres, grâce à des modes d'investissement innovants.

Pour sa part, le directeur du centre de documentation de l'OMVS, Babacar Diongue, a salué la tenue de cet atelier qui va, dit-il, "contribuer à l'information et à la sensibilisation des populations sur l'apport de l'organisation sous régionale pour la fourniture d'énergie de ses Etats".

Selon lui, "les hommes de médias ont un rôle important à jouer, afin de porter de manière claire et précise les orientations et activités de l'OMVS, pour une bonne visibilité auprès des populations bénéficiaires des projets et programmes".

Le coordonnateur du Réseau des journalistes pour les activités de l'OMVS, Mouslim Diba a mis en exergue le rôle que ses confrères jouent pour "la bonne vulgarisation des activités de l'organisation et édifier les citoyens des Etats membres".

Différentes présentations ont été faites lors de cet atelier sur, notamment "la politique énergétique et les infrastructures de l'OMVS" ; "la gestion et l'exploitation du patrimoine (SOGEM/SEMAF)" et "la contribution de l'OMVS dans l'approvisionnement d'énergie du Sénégal et les grands projets hydroélectriques".

Sénégal

Descente implacable aux enfers de Michael Reza Pacha, les masques tombent

Confidentiel Afrique qui suit en exclusivité de très près voilà plusieurs mois l'affaire… Plus »

Copyright © 2017 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.