14 Octobre 2017

Cameroun: Le navire de Greenpeace accoste pour la première fois au Cameroun

Yaoundé, Cameroun — L'Esperanza, le navire de Greenpeace, a accosté vendredi au port de Douala pour la première étape de sa tournée en Afrique centrale, dans le cadre de son périple dénommé "Donnez une chance à la forêt du Bassin du Congo", a indiqué samedi à la presse, la directrice du programme Greenpeace-Afrique, Lindlyn Moma.

Pendant un mois, L'Esperanza naviguera dans les eaux du Cameroun, de la République démocratique du Congo et de la République du Congo dans le but d'échanger avec les communautés locales et de sensibiliser sur l'importance de la forêt du Bassin du Congo.

Les communautés locales entreprendront une série d'activités pour montrer leur soutien à la protection de la forêt du Bassin du Congo et Greenpeace-Afrique va ainsi répercuter ce soutien sur les plans local et international.

"En menant ce navire en Afrique centrale et au Cameroun pour la première fois, Greenpeace-Afrique cherche à souligner son engagement à travailler avec les communautés locales et les parties prenantes dans le but de résoudre les problèmes de l'agriculture industrielle et de l'exploitation forestière qui sévissent dans la région du Bassin du Congo depuis des décennie", a expliqué Lindlyn Moma.

Cependant, l'exploitation forestière et l'exploitation agricole à grande échelle contribuent trop souvent à la perte de cette forêt et à l'accaparement des terres avec pour conséquence la perte de leurs droits coutumiers des communautés locales et indigènes au profit des entreprises forestières.

Par ailleurs L'Esperanza va accueillir les parties prenantes dans la région pour accroître l'urgence de la nécessité de faire face à l'approche non durable actuelle de la gestion forestière, des activités qui contribueront également à créer un sentiment de fierté et de conservation chez les jeunes de la région.

Dans le même temps, les voix de ces communautés seront entendues sous la forme de danses traditionnelles, de défilés de mode forestière et d'un arbre à souhaits qui captera les doléances des communautés pour leurs forêts.

Ces doléances seront remises aux dirigeants du monde à Bonn, en Allemagne, lors de la réunion sur le climat de la COP 23.

Le navire sera ouvert au public et des visites guidées seront également organisées à leur intention.

"Nous sommes ravis de pouvoir discuter avec les Camerounais des questions de protection des forêts, surtout que la destruction des forêts est une menace majeure pour l'environnement mondial qui dépend de la forêt du Bassin du Congo pour réguler les composés carboniques dans notre atmosphère. Il est impératif que la collaboration entre les États soit renforcée pour promouvoir l'aménagement du territoire, nous devons également encourager l'éco-tourisme et la foresterie communautaire pour garantir la protection de nos forêts pour les générations présentes et futures", a déclaré la responsable des forêts en Afrique de Greenpeace, Sylvie Djacbou

On rappelle que la forêt du Bassin du Congo est la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, plus de 75 millions de personnes y vivent et un large éventail d'espèces menacées en dépend pour sa survie.

Cameroun

spectaculaire incendie à l'Assemblée nationale à Yaoundé

Un grave incendie a ravagé une bonne partie de l'Assemblée nationale camerounaise, dans la nuit de jeudi… Plus »

Copyright © 2017 Infos Plus Gabon. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.