16 Octobre 2017

Ile Maurice: Rajenrah Ramdhean - «La presse est en train de bien faire son travail»

Quel constat faites-vous de la première fête de Divali organisée, vendredi dernier, sous votre férule en tant que nouveau président de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation ?

Cette fête s'est très bien déroulée. Ceux qui ont fait le déplacement ce jour-là ont bien apprécié le programme culturel concocté pour l'occasion. Il y a définitivement eu un succès d'affluence. On ne s'y attendait pas.

Nous avons pris note de cette situation et l'année prochaine, nous allons construire un plus grand chapiteau pour accueillir tout ce beau monde. Le succès a été tel cette année, que beaucoup de gens n'ont pas eu de place pour s'asseoir.

Est-ce une bonne chose de réunir les leaders des partis politiques sous un même toit ?

C'était mon rêve de réunir tous les leaders des partis politiques sous un même toit. Ce rêve s'est réalisé. Nous avons affaire à des gens qui sont issus de toutes les communautés et toutes les couleurs. Nous, au sein de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation, nous prônons l'unité dans la diversité pour faire avancer l'île Maurice.

C'est pourquoi nous avons invité le leader du Parti travailliste, Navin Ramgoolam, le leader du Mouvement militant mauricien, Paul Bérenger, le leader du Mouvement socialiste militant, Pravind Jugnauth, le leader du Parti mauricien social-démocrate, Xavier-Luc Duval, le leader du Mouvement patriotique, Alan Ganoo, et tant d'autres.

Les noms des leaders des partis politiques figuraient sur le programme officiel pour cette célébration, à l'exception de celui du Muvman Liberater dont le leader est Ivan Collendavelloo qui est aussi le Deputy Prime Minister. Est-ce qu'il y a une raison à cela ?

Nous n'avons rien contre notre camarade Ivan Collendavelloo. Peut-être qu'il y a eu un manquement quelque part. Je ne sais pas. J'aurais aimé qu'il soit présent à cette occasion. Nous allons veiller à ce que la prochaine fois son nom figure bien dans le programme officiel. Peut- être aussi qu'il a eu un empêchement et qu'il n'était pas présent à cause de ce contretemps. Il est un très bon ami de la fédération, en tout cas.

Une manifestation a été organisée durant la semaine par la Hindu Common Front Force devant les locaux de «l'express», à Port-Louis. Les manifestants étaient munis de pancartes pour parler de racisme et de «Hindu bashing» à l'égard des groupes La Sentinelle et Le Mauricien. Qu'en pensez-vous ?

Je ne connais pas les gens qui ont manifesté. Je ne connais pas leurs motivations. D'après moi, la presse est en train de bien faire son travail. C'est le peuple qui doit tirer ses conclusions, pas eux. C'est le peuple qui doit juger si la presse est en train de bien faire son travail ou non.

Avez-vous le sentiment qu'il y a un «Hindu bashing» dans la presse ?

Je préfère ne pas entrer dans ce débat. Je laisse le peuple tirer ses propres conclusions.

Ile Maurice

Affaire Boskalis - Rotterdam rompt sa collaboration avec Maurice

La cour de Rotterdam veut cesser toute collaboration avec la cour de Maurice dans l'affaire Boskalis. Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.