16 Octobre 2017

Ile Maurice: Megh Pillay - «Si les pilotes étaient vraiment gâtés, ils ne chercheraient pas ailleurs»

Pourquoi Air Mauritius (MK) s'est-elle retrouvée face à une situation de ras-le-bol des pilotes pour la première fois en 50 ans d'existence ?

D'après les médias, les pilotes semblent mécontents de certains changements unilatéraux d'un accord d'emploi collectif expiré, mais tacitement reconduit.

Outre les salaires, cet accord comprend des droits fermes et certains privilèges obtenus au fil des négociations. Le non-respect d'un tel contrat est susceptible de créer de la méfiance si cela se fait sans dialogue préalable.

«Suis-je à ce point important pour que les représailles contre toutes ces personnes qui m'ont soutenu ouvertement chez MK et ailleurs se poursuivent un an après ?»

Avez-vous déjà fait face à un ultimatum des syndicats de pilotes ?

Jamais. Et d'aucun syndicat. Mais j'ai déjà fait face à de petites menaces voilées et anonymes venant de petites poches marginales de frustration. Cela fait partie du folklore mauricien et on vit avec. Néanmoins, si les récriminations méritent considération, on les soulève directement avec les syndicats, en face à face et avec l'ensemble de leurs exécutifs.

Le PM, la direction et le board ont tous contre-attaqué de front les actions des pilotes. Jusqu'à essayer de déporter manu militari le commandant Patrick Hofman. Votre réaction ?

Je suis très triste pour le commandant Hofman et surtout pour sa famille. Je le connais comme un professionnel de haut niveau très respecté et choisi par ses pairs pour les représenter. Il a son franc-parler et j'ai moi-même souvent croisé le fer avec lui. Mais nous entretenions une relation civilisée.

«Si les pilotes étaient vraiment gâtés, aucun d'entre eux ne quitterait notre eldorado pour aller chercher ailleurs.»

L'apaisement que dit prôner la direction de MK n'est-il pas bafoué lorsque Pravind Jugnauth et Étienne Sinatambou poursuivent leur virulente sortie contre les pilotes ?

No comment!

Mike Seetaramadoo, qui est à l'origine de votre éjection de MK, est, selon les pilotes, au cœur de cette nouvelle turbulence. Est-il aussi «intouchable» ?

No comment!

Votre nom est cité dans une lettre du commandant Bourgeois. Est-ce aussi parce qu'ils ont pris votre défense lors de votre limogeage que ces pilotes se retrouvent dans une telle situation ?

Le commandant Bourgeois est un grand professionnel, un modèle de compétence, de sérieux et de loyauté que MK et le pays ont intérêt à retenir. Je suis touché qu'il se soit exprimé comme un aîné. Comme il l'a dit, lui et moi avions souvent des désaccords, mais c'était dans le respect mutuel. Mais, suis-je à ce point important pour que les représailles contre toutes ces personnes qui m'ont soutenu ouvertement chez MK et ailleurs se poursuivent un an après ?

«Tous les bénéfices et privilèges compris dans le contrat des pilotes sont accordés dans l'intérêt réciproque en connaissance de cause et après négociations.»

Pour certains, les revendications des pilotes sont exagérées puisqu'ils sont les employés les mieux lotis. Est-ce le cas ?

C'est vrai qu'ils sont les mieux payés. Ce qui est tout à fait normal au sein de toutes les lignes aériennes du monde. Si leurs paies pèsent plus lourd dans la masse salariale, c'est que la grande majorité des autres employés sont souvent malheureusement rétribués en dessous du salaire moyen mauricien et à travers l'emploi d'une main-d'œuvre bon marché par le biais d'une filiale.

Si les pilotes étaient vraiment gâtés, aucun d'entre eux ne quitterait notre eldorado pour aller chercher ailleurs. Le taux de départs atteint des niveaux alarmants. Il est déjà arrivé que MK perde près de 30 % de ses pilotes en un an. Et leur remplacement ne se ramasse pas à la pelle.

Comment stopper ces départs ?

Une compagnie qui accepte toutes les demandes de ses employés piquera directement du nez. Idem si elle les rejette toutes d'emblée. Une ligne aérienne sera incapable d'honorer son calendrier de vols si elle perd ses pilotes plus vite qu'elle n'en recrute.

Par contre, les négociations structurées permettent de réconcilier les divergences et d'affiner les intérêts communs par le biais de compromis sensés. La base de tout accord collectif durable. Or, la compromission est loin d'être une solution. Lorsqu'elle est obtenue avec force et terreur, elle peut même s'avérer suicidaire. La dernière chose qu'un passager veut, c'est d'avoir des pilotes frustrés aux commandes.

Ile Maurice

Salaire minimum de Rs 8 500 - Le rapport avalisé vendredi prochain, soutient Callichurn

Le Conseil des ministres a pris connaissance des recommandations du National Wage Consultative Council, ce vendredi 17… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.