16 Octobre 2017

Cameroun: Des trafiquants d'ivoire arrêtés à Yaoundé.

Deux présumés trafiquants d'ivoire ont été arrêtées au quartier Bastos à Yaoundé le 9 octobre dernier par des agents des Forêts et de la Faune qui ont bénéficié du soutien d'une équipe de policiers lors d'une opération coup de poing.

Les deux trafiquants qui sont arrivés à bord d'un taxi se sont garé devant un bar au lieu dit « Carrefour Bastos », l'un d'entre eux est entré dans le bar, y a passé quelques minutes avant d'en ressorti. Il est ensuite rentré dans le taxi et a pris un sac en plastique qu'il a tenu soigneusement et s'est précipité directement dans le bar pendant que la pluie tonnait dehors. Alors qu'il se dirigeait vers le bar, il était suivi par des agents qui ont procédé à son arrestation à l'intérieur du bar tandis que le second qui attendait impatiemment dans le taxi a également été appréhendé. Deux défenses d'ivoire ont été retrouvées dans le sac en plastique.

Les deux trafiquants ont ensuite été conduits au commissariat de police du 10e arrondissement où leur interrogatoire a démarré et ils pourraient être incarcérés à l'issue de cette procédure d'enquêtes préliminaire. L'opération a été réalisée par la Délégation Régionale des Forêts et de la Faune du Centre avec l'assistance technique d'une organisation d'appui à l'application de la loi faunique dénommée LAGA.

Selon des sources proches de l'affaire, s'exprimant sous anonymat, l'un des trafiquants, âgé de 45 ans, avait été traqué pendant près de 6 mois pour son implication dans le commerce illégal de l'ivoire. Il est soupçonné de diriger un groupe de braconniers qui lui fournissent de l'ivoire brut tandis qu'il traite directement avec les trafiquants chinois. Peu de temps avant son arrestation, il s'était rendu à Bafia où il serait allé s'approvisionner en produits de la faune. Il a également fait une brève inspection de la zone du Carrefour Bastos pour s'assurer que la transaction d'ivoire qui y allait avoir lieu se déroulerait sans risque d'y être arrêté. Les experts de l'application de la loi faunique, expliquent que cette mesure de prudence, est une marque et un signe de son professionnalisme et de son expertise dans le métier.

Les trafiquants sont actuellement derrière les barreaux et devraient répondre des faits de détention, circulation et commercialisation illégales des trophées d'une espèce sauvage protégée, conformément à la loi de 1994 sur la faune. La loi dispose qu'ils risquent jusqu'à 3 ans d'emprisonnement et / ou une amende pouvant aller jusqu'à 10 millions de francs CFA. Le commerce illégal de l'ivoire est considéré comme le principal facteur de la disparition des éléphants dans le pays et le Ministère des Forêts et de la Faune a déployé d'énormes efforts en matière d'application de la loi faunique. Ceci est considéré comme la mesure de conservation la plus urgente pour entraver la libre circulation de l'ivoire sur les marchés illégaux. En signe de détermination à éradiquer le commerce illicite de l'ivoire, le gouvernement collabore avec des partenaires, tels que LAGA, depuis plus d'une décennie pour appliquer efficacement les lois.

Outre l'application de la loi, l'année dernière près de 3,5 tonnes d'ivoire ont été détruites par le gouvernement pour indiquer sa détermination à lutter contre ce commerce jusqu'à la fin.

Cameroun

spectaculaire incendie à l'Assemblée nationale à Yaoundé

Un grave incendie a ravagé une bonne partie de l'Assemblée nationale camerounaise, dans la nuit de jeudi… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.