17 Octobre 2017

Cameroun: Developpement agricole - Le filon de la noix de cajou

Le Cameroun a récemment entrepris de tropicaliser et rentabiliser cette culture, facteur de croissance dans certains pays comme la Côte d'Ivoire qui produit 7000 tonnes par an.

Issue des zones désertiques, la noix de cajou est une culture disposant d'un fort potentiel en termes de croissance économique. Cas typique illustrant cette assertion, la Côte d'Ivoire. Premier producteur africain de cacao et de café, le pays a également creusé le sillon de la noix de cajou ou anacarde, et se retrouve aujourd'hui avec une hotte pleine de 7 000 tonnes de ce fruit.

En quête de diversification de son portefeuille agricole, le Cameroun scrute déjà la filière. : « Le potentiel de croissance de la noix de cajou nous incite à élaborer une stratégie nationale de développement de la filière anacarde », a déclaré le ministre de l'Agriculture et du Développement rural (Minader), Henri Eyebe Ayissi, lors d'un atelier de restitution de l'étude sur la noix de cajou tenu le 9 octobre dernier à Yaoundé.

Cet intérêt grandissant pour la culture l'a justement conduit en terre ivoirienne du 24 au 29 septembre dernier. Le périple était axé autour de deux démarches : comprendre les stratégies de développement durable du cacao et du café mais surtout de l'anacardier pour l'implémenter au Cameroun où la culture est sous-exploitée. D'après la mission d'appui de l'initiative du Cajou compétitif (ComCashew), qui a séjourné au Cameroun du 24 septembre au 10 octobre dernier avec le soutien de la GIZ, le pays n'a qu'une production annuelle de 108 tonnes d'anacarde au niveau des régions du Nord et du Sud et ce, malgré un potentiel estimé à des millions d'hectares.

Au travers d'échanges avec diverses autorités ivoiriennes, le Minader et la délégation qui l'accompagnait ont appris que l'envol de la filière anacarde est le fait de la fixation d'un prix plancher qui permet de protéger le producteur des fluctuations des prix du marché international. Cette visite a abouti à un projet de coopération entre le Cameroun et la Côte d'Ivoire visant l'introduction de la variété « Cacao Mercedes » capable de produire près de trois tonnes à l'hectare en huit mois.

Autre soutien dans l'aventure noix de cajou que le pays amorce, la coopération allemande : « Nous allons mettre notre expertise technique à la disposition du Cameroun et soutenir les échanges entre les différents acteurs », a promis Dr Petra Wagner, directrice résidente du bureau régional de la GIZ à Yaoundé lors de l'atelier du 9 octobre dernier.

L'organisme se propose ainsi d'accompagner le développement de la filière anacarde grâce à un co-financement du 11e Fonds européen de développement (FED) /Secrétariat Afrique Caraïbe-Pacifique.

Cameroun

La crise anglophone s'invite à l'assemblée Nationale - Les travaux suspendus

Pour le député issu de cette région en proie aux velléités sécessionnistes, il… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.