17 Octobre 2017

Tunisie: Les trafiquants derrière les barreaux

L'on a alors tôt fait de les arrêter et les ramasser dans le panier à salade pour les conduire dare-dare à la permanence de police de Bousalem pour vérification d'identité. La fouille à corps opérée par les agents a permis à ceux-ci de découvrir chez le duo une quantité considérable de «zatla». Les deux noctambules étaient en état d'ébriété si prononcée qu'on n'avait pu leur arracher la moindre déclaration cohérente.

Le lendemain, il fera jour

Ce n'est que le lendemain que la police judiciaire de Jendouba a pris en main l'enquête avec les deux individus suite à un mandat rogatoire qui lui a été délivré par le procureur de la République près le Tribunal de Première instance de Jendouba.

Ce qui préoccupait alors le plus les enquêteurs, c'est la question de connaître l'origine de la drogue trouvée chez les prévenus.

Après avoir longuement tergiversé, cherchant à ne pas dévoiler l'identité de leur source coutumière d'approvisionnement, les deux chenapans ont fini un à un par lâcher le morceau et passer aux aveux les plus complets. Ils ont ainsi déclaré qu'ils avaient l'habitude d'acheter leurs doses quotidiennes auprès d'une tierce personne, connu dans les milieux de la délinquance sous le sobriquet de Bakhouch, propageant son poison à partir de son lieu de résidence, une cité périphérique à Bousalem.

Une descente de police fructueuse

La police judiciaire de ladite ville a tôt fait d'opérer une descente dans la cité précitée sur instructions du Procureur de la République territorialement compétent. Les agents devaient encercler puis accéder au domicile du mis en cause sous les pleurs et les cris de lamentation de ses occupants. Ce qui n'a pas empêché les policiers d'arrêter le trafiquant alors qu'il cherchait à prendre la poudre d'escampette, après avoir escaladé la clôture, à l'arrière de la maison. On lui a alors passé les menottes avant de le transférer, sous forte escorte, au siège de la brigade judiciaire de Jendouba tandis qu'une autre équipe de policiers est demeurée sur les lieux pour fouiller minutieusement tous les coins et recoins de la demeure de l'intéressé. Ce qui a permis aux agents de saisir une quantité considérable de résine de cannabis (zatla) répartie en petites et moyennes portions prêtes à la commercialisation. La police a déniché la somme de trois mille dinars, une certains quantité de feuilles de tabac et de lames servant au découpage de ces feuilles. Bref, tout ce dont a besoin un trafiquant de drogue dans sa sale besogne.

L'entêtement du présumé trafiquant

A l'interrogatoire, le sieur Bakhouch s'est entêté à prétendre que la quantité de drogue découverte chez lui était exclusivement destinée à sa propre consommation. Alors que la confrontation ayant eu lieu entre les trois suspects avait prouvé le contraire. Puisque les deux consommateurs se sont accordés à dire que le présumé trafiquant leur vendait régulièrement la petite portion à cinq dinars et la grande à dix dinars. Et malgré cela, Bakhouch a campé sur sa position, insistant toujours sur son rôle de simple consommateur...

Sur ce, au terme de l'enquête policière, le trio a été transféré devant le parquet de Jendouba où il a été placé sous mandat de dépôt.

Vivement la vigilance !

Cela dit, on n'aura jamais assez de dire et de redire que le danger continue de guetter nos lycées. Et que nombreux de nos lycéens et lycéennes se sont irréversiblement trouvés la proie d'entreprenants réseaux de trafic de drogue. C'est pour cela que services de sécurité et parents devraient être extrêmement vigilants pour prémunir notre jeunesse contre le risque d'être prise dans le tourbillon irrésistible des trafiquants. Les rondes de police devraient être intensifiées au quotidien aux alentours de nos collèges et lycées pour démanteler ces réseaux et les mettre hors d'état de nuire.

Ajouté le : 17-10-2017

Tunisie

Sept ans après, les plaies encore ouvertes !

Souvenons-nous encore d'un certain 17 décembre-14 janvier 2011? La révolution qui ébranla toute la… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.