17 Octobre 2017

Congo-Kinshasa: Le Directeur du Programme alimentaire mondial lance un appel pour la paix

A l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation, le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM), David Beasley alerte sur la situation actuelle.

Les inquiétudes augmentent face aux progrès relatifs de la lutte contre la faim dans le monde, réduits à néant, en raison du nombre record de conflits. Le coût d'un repas explose dans les zones les plus critiques.

La faim dans le monde aggravé par la hausse des conflits

« 10 des 13 plus grandes opérations d'assistance alimentaire du PAM sont liées à des conflits. Alors que nous célébrons aujourd'hui la Journée Mondiale de l'alimentation, nous avons une pensée pour tous ces gens dans le monde qui rêvent de la paix et de pouvoir partager à nouveau un repas en famille chez eux. J'appelle les personnes exerçant des responsabilités, et celles qui ont des armes, à mettre fin à la violence immédiatement », déclare David Beasley.

Après une diminution constante pendant plus d'une décennie, la faim reprend à nouveau du terrain, et parmi les 815 millions de personnes qui souffrent de la faim sur la planète, 489 millions vivent dans des pays touchés par les conflits, selon le rapport annuel de l'ONU sur l'état de la Sécurité Alimentaire et de la Nutrition dans le Monde en 2017. Les conflits peuvent dévaster l'économie, perturber l'agriculture et entraîner des migrations forcées de population.

... et le déplacement des populations

Par ailleurs, une étude du PAM publiée plus tôt cette année a établi un lien entre la faim et les déplacements de populations. Elle a constaté que les pays ayant le plus haut niveau de sous-alimentation ont la plus forte migration vers l'extérieur. Pour chaque année supplémentaire de conflit, 40 personnes supplémentaires sur 10 000 vont fuir leur pays. Elle a montré que les personnes se déplacent souvent plusieurs fois à l'intérieur de leur propre pays avant de franchir les frontières, laissant derrière eux leurs terres, leurs emplois et leurs moyens de subsistance.

« Je reviens tout juste du Bangladesh où j'ai été témoin du choc enduré par des familles qui ont vu leurs maisons brûler en Birmanie », témoigne David Beasley. « Elles ont fui sans rien emporter, abandonnant leurs fermes, quittant leurs emplois et arrivant affamées, souffrant de malnutrition, après un voyage cauchemardesque » ajoute le Directeur exécutif du PAM.

Le prix d'un repas explose

Dans les pays déchirés par la guerre, où l'agriculture et le commerce sont perturbés et où l'économie s'effondre, le coût d'une simple assiette d'aliments nutritifs peut être supérieur à une journée de salaire. Le PAM a élaboré un indice et calculé le coût d'une assiette de base pour les personnes dans 33 pays en développement par rapport à leur salaire quotidien moyen.

Le rapport Counting the Beans: The True Cost of a Plate of Food around the World, montre qu'au Soudan du Sud par exemple, le coût pourrait être l'équivalent, pour un habitant de New York, d'une addition de 321 dollars américains pour un déjeuner modeste - disons une assiette de haricots - et cuit à la maison. À l'échelle de la ville syrienne de Deir Ezzor, le même repas revient à près de 200 dollars américains.

Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde en distribuant une assistance alimentaire dans les situations d'urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer leur état nutritionnel et renforcer leur résilience. Chaque année, le PAM apporte une assistance à quelque 80 millions de personnes dans près de 80 pays.

Congo-Kinshasa

Plus de mille cas de choléra recensés

La région du "Grand Kasaï" reste le plus important foyer de la maladie en concentrant à elle-seule… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.