17 Octobre 2017

Tunisie: Quand la Rachidia accueille la quintessence de la musique tunisienne

Une vidéo «Demo» racontant la Caravane a été projetée en avant-concert.

Des traditions insulaires aux profondeurs du désert, des altitudes de l'Atlas aux basses steppes, le public présent a eu droit à l'avant-goût d'un film documentaire musical, unique dans son genre. Mohamed-Ali Kammoun et ses compagnons (Nourhene Haddaoui, Lotfi Soua, Eya Daghnouj, Habib Ben Attia... ) sont allés à la rencontre de centaines de musiciens à travers la république.

Avec l'équipe audiovisuelle, comptant notamment Raouf Karray au design graphique, Dali Fejji et Malek Jerbi (cadreurs), Slim Achour et Marouen Bouzayen (son), ils ont assuré des dizaines de spectacles, de sessions d'enregistrement, de tournage, défiant le froid, la chaleur, les conditions logistiques et même l'insécurité.

Le workshop, concert de clôture

Nommée «La Nouba parfumée», le récital de clôture du projet s'est focalisé uniquement sur l'héritage andalou. Renouant avec l'univers artistique d'antan du malouf, la Nouba (suite musicale faite de pièces enchaînées) a duré une heure de concert et a évolué dans une ambiance progressive, jusqu'à la transe. Kammoun en a composé les mouvements instrumentaux.

Puisant dans des chansons anciennes de la musique malouf -- recueillies auprès de cheïkhs de malouf et de musiciens érudits de Testour, de la Azzouzia de Zaghouan, du Club Khemaïes Tarnen de Bizerte... -- il les a structurées, développées puis arrangées.

La nouba parfumée a été interprétée dans un style andalou ancien où l'art de l'écriture s'est parfaitement allié à celui de l'improvisation. Le malouf s'est vu harmonisé en toute symbiose et mêlé à une multitude de langages musicaux dans une synthèse ingénieuse et cohérente. La prestation de l'orchestre était aussi exceptionnelle. L'énergie qu'il a donnée a presque pris en otage le public venu très nombreux, de plusieurs nationalités, de toutes les générations. Certains solos comme celui de Zied Zouari étaient entrecoupés plusieurs fois d'applaudissements. Une forte émotion s'est emparée du public pendant le Prélude «Mont Zaghouan», exposé par un trio de «vents» (deux nays et zokra) et accompagné par un tbal martial de Mohamed Hédi Aouadi. C'était du jamais vu encore à la Rachidia. A la fin, une standing ovation de plusieurs minutes a été réservée aux artistes.

La Tunisie était mise en honneur, et la musique en était le vecteur.

Tunisie

Anderlecht - Hamdi Harbaoui veut plus du temps de jeu

Hamdi Harbaoui reçoit de plus en plus sa chance à Anderlecht. Pourtant son avenir reste flou. Face… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.