17 Octobre 2017

Afrique du Sud: Panama Papers - Zuma et Nkurunziza accusés d'enrichissement illicite

Les dernières révélations des Panama Papers incriminent également les présidents sud-africain et burundais. Selon les enquêteurs, ils seraient impliqués dans de vastes scandales économico-politiques.

Pour le cas de l'Afrique du Sud, le rapport "The Plunder route to Panama" est revenu sur le vaste scandale économico-politique dans lequel est engluée depuis plusieurs années la famille Gupta. Cette richissime fratrie d'origine indienne, déjà incriminée dans plusieurs affaires de malversations financières, est réputée proche de Jacob Zuma. A la tête d'un véritable empire industriel, la fratrie Gupta est soupçonnée d'avoir orchestré de nombreuses nominations de membres du gouvernement.

"Il y avait un ancien Vice-ministre des Finances (Mcebisi Jonas, NDLR) qui disait clairement qu'il était convoqué chez les Guptas dans leur luxueuse villa ici à Johannesburg. Et on lui a proposé des centaines de millions de rand, pour accepter d'être ministre des Finances. Jacob Zuma était apparemment dans une autre pièce dans la même maison. Ce sont les contribuables sud-africains qui donc payent pour certains scandales", a expliqué à la Deutsche Welle, Liesl Louw-Vaudran, experte à l'Institut d'études sur la sécurité à Pretoria, en Afrique du sud.

Selon nos diverses informations, le business de cette famille s'est étendu à plusieurs secteurs clés de l'économie sud-africaine : l'industrie minière, l'immobilier, l'aviation, le tourisme et, même dans le secteur des médias, puisqu'en 2010, ils ont lancé leur propre quotidien, The New Age, la chaîne d'information ANN7.

Selon Liesl Louw-Vaudran, "la famille Gupta est arrivée en Afrique du sud en 1993 et petit à petit, elle s'est accaparée le contrôle de beaucoup de sociétés, de médias. Ils se sont rapprochés du président Jacob Zuma, son fils, son neveu. Il y a de plus en plus de preuves qui prouvent que sont des contribuables sud-africains qui payent pour certains scandales. Par exemple, dernièrement, il est apparu que les trois responsables de la compagnie publique d'électricité Eskom étaient liés aux Guptas et qu'ils ont créé une société de toutes pièces, sans contrat. Et Eskom leur a donné un contrat de 45 millions de dollars."

Le document de Panama Papers estime à 5 milliards de rands, soit 289 millions d'euros par an, les retombées financières du business de cette famille, dont le quartier général se situerait au 7 Saxonwold Drive, un des quartiers les plus huppés de la capitale économique sud-africaine, Johannesburg.

Pierre Nkurunziza lui aussi épinglé

Les enquêteurs ont aussi cité le président burundais, Pierre Nkurunziza, qui aurait profité de la crise politique dans son pays pour s'enrichir de manière illicite.

Selon Jean-Claude Mputu, chercheur congolais en matière de gouvernance et démocratie, "le groupe de journalistes africains a découvert à propos du Burundi que Pierre Nkurunziza détient une part de l'argent détourné. On parle notamment de collusion avec une société d'hydrocarbure, dont lui-même est actionnaire et qui est détenteur de plusieurs centaines de millions de dollars sur des comptes à l'étranger. Nos dirigeants nous ont habitués à des discours. Dès qu'ils sont attaqués, ils disent qu'il s'agit de néo-colonialisme et de néo-impérialisme. Panama Papers montre que dans plusieurs pays, ce sont les dirigeants africains qui pillent le continent. Même s'ils le font en complicité avec les multinationales."

Ces révélations des Panama Papers concernant le Burundi font froid dans le dos quand on sait l'état de paupérisation que subissent les Burundais. Surtout depuis que l'Union européenne a suspendu, en 2015, son aide directe aux autorités burundaises.

Joint à Bujumbura par la Deutsche Welle, le porte-parole de Pierre Nkurunziza a déclaré que la présidence burundaise n'a jamais pris connaissance de ce document.

"Nous réagirons au dit rapport ce mercredi après avoir consulté le principal incriminé, le président Pierre Nkurunziza", a conclu Jean-Claude Karerwa Ndenzako.

Afrique du Sud

Le chef de l'ANC est maître de son temps

Les internautes se sont étonnés de l'absence de Jean-Pierre Fabre (ANC, opposition) aux… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.