17 Octobre 2017

Congo-Kinshasa: Le groupe Afrique soudé derrière la RDC

Si la République démocratique du Congo a désormais un siège réservé au Conseil des droits de l'homme des Nations unies c'est en grande partie grâce au soutien de ses voisins africains qui ont soutenu sa candidature.

C'est avec 151 voix sur 193 que les membres de l'Assemblée générale des Nations unies ont voté pour l'admission de la RDC au sein de l'institution pour la période 2018-2020. Pour faire son entrée pour la première fois, la RDC s'est appuyée sur le soutien du groupe Afrique.

Et alors que Washington a regretté cette élection qui, selon un communiqué du département d'Etat, "décrédibilise" le Conseil des droits de l'Homme, le ministre des Affaires étrangères de la République centrafricaine, Charles Armel Doubané, a estimé qu'il s'agit d'une "bonne nouvelle" pour l'Afrique. La République centrafricaine, pays voisin de la RDC, a voté pour l'adhésion de ce pays.

"Tout ce qui concerne l'Afrique et la sous région ne peut qu'être salué par la République centrafricaine. C'est une responsabilité pour l'Afrique d'être dans la Commission des droits de l'Homme. Tous les pays membres de l'ONU sont candidats et la République démocratique du Congo, ou n'importe quel Etat, peut candidater. Dans le cas présent, la RDC et le Nigeria étaient les candidats portés par l'Afrique. A partir de cet instant, le problème ne se pose pas, car ce sont des candidatures africaines que nous soutenons et saluons."

Un "mauvais signal" selon les ONG

Cependant, l'admission de la RDC au sein du Conseil ne fait pas l'unanimité, notamment du côté des ONG. Déjà, la veille du vote, plus de 150 organisations congolaises de défense des droits de l'homme avaient invité, dans un communiqué, les membres des Nations unies à s'opposer à l'entrée de la RDC, jugeant que cela enverrait un mauvais signal pour un pays qui est loin d'être exemplaire en matière de respect et de promotion des droits humains.

C'est regrettable, déplore Dieudonné Womnoyathambwé, du Groupe de recherche pur la paix et la sécurité basé en Belgique.

"Il faut que les responsables politiques congolais se montrent aussi à la hauteur de leurs ambitions. Donc je pense que c'est une occasion de lancer un appel à tous pour que la question des droits de l'homme soit replacée au centre des politiques gouvernementales en RDC."

Le CDH "manque de crédibilité" selon Washington

Pour les Etats-Unis, il s'agit d'une preuve de plus du manque de crédibilité du Conseil des droits de l'homme et de la nécessité de le réformer afin de le "sauvegarder".

Ce pays "connu pour sa répression politique, sa violence faite aux femmes et aux enfants, ses arrestations et détentions arbitraires, ses homicides et disparitions illégales, a été élu pour travailler au sein de l'institution la plus importante pour les droits de l'Homme", a dénoncé l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley.

Congo-Kinshasa

Rapport de la Cenco sur l'avancement du processus d'enrôlement

La Cenco a présenté un rapport lundi 20 novembre sur l'avancement du processus d'enrôlement en RDC.… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.