17 Octobre 2017

Burkina Faso: Crise à l'UPC - La majorité parlementaire condamne la violence contre les députés frondeurs

L'actualité politique nationale est marquée ces derniers temps par une crise au sein de l'Union pour le Progrès et le Changement (UPC) qui implique aussi bien le groupe parlementaire, les instances dirigeantes du parti que les militants de base.

Par voie de presse nous avons pris connaissance des causes de cette crise qui diffèrent selon les protagonistes. Le constat qui est évident c'est que treize (13) députés du groupe parlementaire UPC ont décidé de créer un nouveau groupe dénommé UPC-Renouveau Démocratique (UPC-RD).

La crise actuelle au sein de l'UPC interpelle les groupes parlementaires de la majorité présidentielle au regard de ses conséquences sur le climat social.

Sans prendre position, nous appelons les acteurs de la présente crise à éviter l'amalgame et les accusations sans fondement aucun tendant à voir des mains extérieures à ce qui apparait aux yeux de tous comme une affaire interne.

A vouloir trop agiter l'étendard du complot avec des sarabandes de déclarations, les tenants de cette posture risquent fort de passer largement à côté d'une sortie de crise idoine parce qu'ayant posé un diagnostic erroné.

Nous rappelons que l'Etat de droit exige le règlement de tout différend par voies légales et pacifiques. C'est pourquoi, nous nous insurgeons contre les pratiques rétrogrades d'intimidation, de menaces, de violences verbales et physiques qui n'honorent ni leurs auteurs ni la classe politique dans son ensemble.

Ces actes sont d'autant plus graves qu'ils sont dirigés contre des députés de la république qui jouissent d'une immunité parlementaire consacrée par la constitution à son article 95 qui stipule : «Aucun député ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé en raison des opinions ou votes émis par lui dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions».

Ignorer cette disposition aujourd'hui, c'est ouvrir sans nul doute demain la voie à une récidive contre d'autres députés.

En tout état de cause, les groupes parlementaires de la majorité présidentielle réaffirment leur attachement solennel au respect des principes cardinaux de l'Etat de droit et singulièrement à la liberté de pensées de tous les citoyens.

Nous condamnons par conséquent avec fermeté les actes de violence d'où qu'ils viennent.

Nous appelons à une cessation immédiate des violences à l'égard de nos collègues députés.

Aussi, nous invitons le gouvernement à prendre toutes les dispositions pour préserver l'intégrité physique des députés, assurer leur libre circulation sur le territoire national et sécuriser leurs biens conformément à la loi.»

Fait à Ouagadougou, le 16 octobre 2017

Le Président du Groupe Parlementaire Burkindlim par Intérim

Député Bénéwendé Stanislas SANKARA

Burkina Faso

Rien n'a filtré de la comparution de l'ex-ministre Bassolé

Au Burkina Faso, le général Djibrill Bassolé a passé plus de sept heures, ce jeudi, au… Plus »

Copyright © 2017 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.