18 Octobre 2017

Afrique: Les Britanniques de CDC Group vont renforcer leurs investissements en Afrique francophone

Fournissant des capitaux, depuis près de 70 ans, au secteur privé africain pour aider à soutenir la création d’emplois et le développement économique, CDC Group va désormais équilibrer ses interventions dans le continent. Après avoir bénéficié d’une rallonge de près de 2600 milliards de F Cfa du gouvernement Britannique, l’agence va accorder davantage d’attention à l’Afrique francophone. Le Sénégal et la Côte d’Ivoire sont ciblés pour impulser cette dynamique.   

L’Institution britannique de financement au développement, le CDC Group, réputée dans la fourniture de capitaux au secteur privé, veut mettre un coup d’accélérateur dans ses interventions en Afrique subsaharienne francophone. En tournée au Sénégal et en Côte d’Ivoire, les responsables de cette structure présente depuis près de 70 ans en Afrique veulent défricher le champ francophone. Une option qui s’annonce prometteuse au moment ou CDC Group a bénéficié, le week-end dernier, d’une rallonge de 2600 milliards sur son capital, pour les quatre années à venir.

M. Mark Pay, membre du Comité de direction de CDC Group l’a affirmé lors d’une rencontre avec des journalistes sénégalais. A son avis, l’accord du gouvernement britannique va doubler le volume du capital de CDC Group et augmenter sa présence en Afrique francophone.

C’est ainsi qu’un certain nombre de secteurs sont jugés prioritaires à savoir les Btp, l’énergie, l’agriculture, le secteur financier, l’hôtellerie…entre autres secteurs pourvoyeurs d’emplois.  A en croire M. Pay, le 1,5 milliards de dollars investis l’année dernière a permis la création d’un million d’emplois dans le continent. Avant d’avancer avec assurance que « nous comptons créer des dizaines de milliers d’emplois au Sénégal et dans toute l’Afrique francophone ».

Cette descente de la délégation de CDC Group à Dakar et Abidjan s’inscrit dans des actions prioritaires du groupe qui visent à accélérer les investissements en Afrique de l'Ouest francophone en général, au Sénégal et en Côte d'Ivoire en particulier, notamment dans les secteurs de l'agriculture, des industries lourdes, des infrastructures, de l'Extraction minière, de la santé et de l'éducation.

L’Afrique est la zone de prédilection de cette institution britannique qui y mène deux tiers de ses activités avec 60% de ses investissements. Selon M. Pay, la même proportion est attendue pour ce qui est des nouveaux financements.

Pour rappel, depuis près de 70 ans, CDC Group investit dans les entreprises présentes en Afrique pour aider à soutenir la création d’emplois et le développement économique. L’institution a fourni le capital et le soutien nécessaires à la croissance et à la réussite de nombreuses sociétés du continent telle que Celtel, aujourd'hui connue sous le nom d'Airtel. Au cours de l’année 2016, CDC Group a engagé $887 millions en nouveaux capitaux à travers le continent.

Le portefeuille d’investissement de CDC en Afrique comprend plus de 650 sociétés, telles que Globeleq, qui possède la centrale d’Azito fournissant le tiers de l’électricité en Côte d'ivoire ou BridgeBank.

Mark Pay confie que, CDC Group soutient l’investissement privé en faisant dans le cadre des plans nationaux comme le Plan Sénégal Emergent (Pse). Avant de préciser : « nous ne ciblons pas d’investissements spécifiques. Notre rôle est de soutenir le secteur privé et non de décider à sa place. L’objectif est de pousser le secteur privé à investir dans des secteurs où il y beaucoup de défis ».

Afrique

L'immigration clandestine au cœur d'un colloque à Abidjan

A Abidjan, le sommet Union africaine-Union européenne doit se tenir à la fin du mois de novembre avec… Plus »

Copyright © 2017 allAfrica.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.