18 Octobre 2017

Tunisie: Pour l'idée, contre la manière

Entre-temps, le secteur semble avoir encaissé un véritable coup de grâce. Selon M. Tarek Chérif, patron de la Conect, une quinzaine de fabriques, sur l'ensemble de 84 entreprises spécialisées, ont fermé boutique, mettant 300 employés au chômage technique.

Et si cette interdiction brutale des sacs noirs, prévient-il, n'est révisée il y a un fort risque de voir les 12 mille emplois que compte cette industrie. Toutefois, personne au GPP n'est contre ce projet de loi. «On est, tous, d'accord sur sa portée écologique et la nocivité de ses sacs en plastique à usage unique, mais on est contre la décision d'interdiction telle qu'elle a été prise par le ministre», s'exprime le président du Groupement, M. Oussama Massoudi.

Ainsi, industriels, fournisseurs et commerçants viennent de clarifier leur position à cet égard. «On est conscients de l'importance qu'il y a de conjuguer les efforts visant la protection de l'environnement et l'esthétique du milieu, pour le bien-être et le bonheur de nous tous, ainsi que pour les générations futures», souligne, convaincu, M. Chérif.

Mais, s'est-il encore rétracté, l'Etat n'a pas agi en connaissance de cause, le gouvernement étant passif quant au sujet de l'environnement. Il n'a jamais pris les choses au sérieux. Pourquoi, à titre d'exemple, ne revalorise-t-il pas nos sources d'énergies renouvelables (soleil, vent), reconnues comme potentiel écologique sous-exploité ? Voire un gisement de richesses et d'emplois. Pourquoi ne permet-on pas l'importation des voitures électriques ?, demande-t-il.

Le biodégradable est-il un choix ?

Cet exemple type, reprend M. Massoudi, pourrait être transposé sur le secteur des sacs en plastique dans la mesure où l'on prépare le secteur à se convertir progressivement. Car, argue-t-il, pour un industriel, changer d'activité du jour au lendemain, c'est dur. Il nous faut une étude, voire une feuille de route bilatérale qu'on élabore ensemble avec des objectifs précis, des mesures d'accompagnement en matière de financement de la transition et des délais raisonnables, afin de pouvoir en finir avec ces sacs noirs», affirme-t-il. Quelle solution alternative post-interdiction ?

L'on ne voit, jusqu'ici, aucune solution de rechange, fait-il remarquer. Sauf une orientation vers les sacs biodégradables, alors que ce choix n'est pas, à vrai dire, aussi prouvé, même sous d'autres cieux, en Europe. Que faire ? Pour sauver le secteur et les emplois y existants, le Groupement professionnel du plastique recommande une reconversion d'activité, en demandant l'appui de l'Etat. D'où un nécessaire encadrement technique et financier à son profit. Surtout que les professionnels du plastique, semble-t-il, n'ont pas manqué, un seul jour, de payer leurs taxes environnement estimées à hauteur de 5% pour chaque kilo de matières premières importées.

Tunisie

CAN 2019 - Le match Tunisie - Swaziland reporté

Le match qui devra opposer la Tunisie au Swaziland en mars prochain dans le cadre de la deuxième journée… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.