19 Octobre 2017

Kenya: Election présidentielle - Les ratés de Raïla Odinga

Au moment où nous mettons sous presse, l'opposant politique historique au Kenya, Raïla Odinga connait un « mauvais passé ». L'adversaire de Uhuru Kenyatta patine entre une escalade ouverte de tension politique, ses propres militants et son repli sur soi. Raïla Odinga se jette du coup au cœur de l'actualité. Raïla Odinga veut-il qu'on lui remette les clés du palais directement sans compétir ?

La libéralisation du conseil constitutionnel n'est pas l'objet du refus de Raïla Odinga de compétir. Soit l'opposant n'a plus de moyens financiers de faire sa campagne, soit Raïla Odinga sait qu'il va perdre.

Au lieu de se replier sur soi-même, l'évidence prouvée, Raïla Odinga devrait faire confiance pour une dernière fois à la cour suprême de son pays.

Il ne devrait pas remettre en question les bienfaits de cette cour suprême qui a remis en selle Raïla Odinga en annulant les résultats qui donnaient Uhuru Keneyatta vainqueur du « match aller ».

Le refus d'aller au « match retour » le 26 octobre par Raïla Odinga apparait fort décevant pour tous ceux qui le soutenaient.

Dans ce contexte, il impose à ses militants et sympathisant un nouveau schéma de violences et de destructions massives du Kenya. Ce n'est pas Raïla Odinga qui a inspiré à la Cour suprême d'invalider la victoire du Uhuru Keneyatta.

Simplement, les magistrats de la Cour Suprême ont fait la réplique de la loi, à l'échelle d'un mauvais processus électoral adopté par le conseil constitutionnel. Raïla Odinga sait bien, qu'aucune institution judiciaire ne peut annuler une élection présidentielle en Afrique.

Surtout une victoire du président sortant qui repose souvent et fortement sur toutes les suffisances collectives de l'administration judiciaire.

Si Raïla Odinga refuse de compétir, il réduit sa crédibilité vis-à-vis de la communauté internationale. Raïla Odinga ne doit pas sortir par la "petite porte", avec la prédominance des effets d'un homme peureux.

Aujourd'hui, qu'attend Raïla Odinga ? Qu'on lui remette les clefs du palais présidentiel sans compétir ? Le repli sur soi, ne peut proclamer Raïla Odinga vainqueur de l'élection présidentielle kenyane.

Aussi, l'opposant a manqué de réaliser une autre performance. Il n'a pas signifié à la Cour constitutionnelle ou la Cour suprême par écrit qu'il n'est plus candidat à l'élection présidentielle.

Un oubli peu viable et susceptible que Raïla Odinga a perdu sa propre performance politique. C'est vrai, que Raïla Odinga est bien peu protocolaire et ne cherche certainement que la transparence. Mais en Afrique tout comme au Kenya, le métier de la politique s'appelle « la politique africaine ».

Kenya

Respect du verdict des urnes

La validation de la réélection du président Uhuru Kenyatta par la Cour suprême remet les… Plus »

Copyright © 2017 L'Intelligent d'Abidjan. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.