19 Octobre 2017

Afrique: Le nombre de victimes civiles de l'ONU a chuté en dépit de la hausse des attaques directes

En dépit de la complexité croissante du contexte de sécurité et de l'augmentation sans précédent des attaques directes contre les Nations Unies, le nombre des victimes au sein du personnel civil de l'Organisation des Nations Unies a diminué, selon le Secrétaire général António Guterres.

Dans son rapport sur « La Sécurité et la Protection du Personnel Humanitaire et la Protection du Personnel des Nations Unies » soumis à l'Assemblée générale, le Secrétaire général souligne que l'environnement sécuritaire mondial a peu de chance de s'améliorer dans un avenir proche tant que les enjeux sociaux, politiques et économiques qui sous-tendent l'insécurité persistent.

Le rapport analyse la sécurité globale et les incidents sécuritaires impliquant le personnel et les locaux des Nations Unies durant l'année 2016 et le premier semestre de l'année 2017.

« L'insécurité mondiale ne semble pas s'atténuer », souligne le rapport, alors même que la communauté internationale continue de demander à l'ONU d'être présente dans les endroits les plus dangereux du monde.

Le rapport indique que les attaques directes contre les locaux des Nations Unies ont augmenté de 35 en 2015 à 56 en 2016 , faisant de celle-ci la pire année répertoriée en terme d'attaques.

28 membres du personnel des Nations Unies ont perdu la vie en 2016 et au premier semestre de 2017, au total, en raison d'actes de violence et d'incidents liés à la sécurité. Cela inclut les deux membres d'un groupe d'experts déployés en République démocratique du Congo (RDC).

Le rapport indique que le nombre de victimes civiles des Nations Unies a chuté à l'un de ses plus bas niveaux au cours des cinq dernières années, et attribue ce progrès au renforcement des capacités des Nations Unies en matière de sécurité tout en soulignant les difficultés auxquelles sont confrontés les programmes et le personnel des Nations Unies dans cet environnement.

Le rapport relève une inquiétude vis-à-vis la propagande de l'État Islamique qui, de nouveau, s'est récemment concentrée sur le personnel et sur les établissements diplomatiques internationaux, y compris les Nations Unies.

Par ailleurs, le Secrétaire général est préoccupé par la sécurité du personnel des Nations Unies recruté localement. Enfin, selon le rapport, le personnel féminin est particulièrement vulnérable à certains types d'incidents de sécurité.

Le rapport note que, selon les informations communiquées par les organisations humanitaires non gouvernementales (ONG), plus de 51 membres du personnel d'ONG ont été tués en 2016 et au premier semestre de 2017.

Une recrudescence alarmante des attaques contre les véhicules des ONG semble se poursuivre. En outre, le niveau de violence qui affecte le personnel et les établissements médicaux est particulièrement préoccupant.

Selon le Secrétaire général des Nations Unies, « la protection du personnel des Nations Unies et du personnel humanitaire relève de la responsabilité collective de la communauté internationale ». Il demande aux gouvernements hôtes de traduire en justice ceux qui ont commis des crimes contre l'Organisation des Nations Unies.

Afrique

Crise politique en Allemagne - De nouvelles élections en vue

La chancelière Angela Merkel ne parvient pas à former une coalition pour gouverner, après plusieurs… Plus »

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.