20 Octobre 2017

Sénégal: ONU - 7.000 nouveau-nés meurent chaque jour

Le rapport, intitulé Levels and Trends in Child Mortality 2017, [Niveaux et tendances 2017 en matière de mortalité infantile], révèle que le nombre de décès d'enfants de moins de 5 ans n'a jamais été aussi bas (5,6 millions en 2016, contre près de 9,9 millions en 2000), mais s'alarme de l'augmentation de la proportion des décès d'enfants de moins de 5 ans intervenus durant les 28 premiers jours de vie, qui est passée de 41% à 46% au cours de la même période.

« Quelque 50 millions d'enfants âgés de moins de 5 ans ont été sauvés depuis 2000, ce qui témoigne du sérieux de l'engagement pris par les gouvernements et les partenaires du développement pour mettre fin aux décès évitables d'enfants », déclare Stefan Swartling Peterson, Chef du Département Santé à l'UNICEF. « Cependant, si nous ne déployons pas d'efforts supplémentaires pour empêcher que davantage de nouveau-nés ne meurent à la naissance ou dans les jours qui suivent l'accouchement, les progrès accomplis resteront incomplets. Nous disposons des connaissances et des technologies nécessaires, il ne reste plus qu'à les appliquer dans les régions qui en ont le plus besoin ».

Au rythme actuel, entre 2017 et 2030, 60 millions d'enfants, dont la moitié de nouveau-nés, mourront avant leur cinquième anniversaire, selon le rapport publié par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Banque mondiale et la Division de la population de la DAES, qui forment le Groupe inter-organisations pour l'estimation de la mortalité juvénile.

« Pour réussir à mettre en place une couverture sanitaire universelle et garantir qu'un plus grand nombre de nouveau-nés survivent et s'épanouissent, nous devons atteindre les familles marginalisées », explique le Dr Flavia Bustreo, Sous-Directeur général de l'OMS en charge de la santé de la famille, de la femme et de l'enfant. Pour prévenir la maladie, les familles ont besoin de moyens financiers, de faire entendre leur voix et d'avoir accès à des soins de qualité. L'amélioration de la qualité des services et de la rapidité des soins prodigués pendant et après la naissance doit être hissée au rang de priorité ».

Des inégalités peuvent être sauvées en réduisant les inégalités

Selon le rapport, de nombreuses vies peuvent être sauvées en réduisant les inégalités dans le monde. Si tous les pays avaient réussi à enregistrer le même taux moyen de mortalité que celui des pays à revenu élevé, 87% des décès d'enfants de moins de 5 ans auraient pu être évités et près de 5 millions de vies auraient pu être sauvées en 2016.

« En 2017, il est impensable que la grossesse et la naissance continuent de mettre la vie des femmes en danger et que 7000 nouveau-nés meurent encore chaque jour », déplore Tim Evans, Directeur principal du pôle Santé, nutrition et population du Groupe de la Banque mondiale. « Le meilleur indice de la réussite de la couverture sanitaire universelle est la capacité de chaque mère à bénéficier de soins de santé qui soient non seulement faciles d'accès, mais aussi de qualité et abordables, afin de pouvoir garantir à son enfant et à sa famille une vie saine et productive. Pour répondre aux besoins des pays dans ce domaine, nous nous engageons à augmenter nos financements, notamment au moyen de mécanismes innovants comme le Mécanisme mondial de financement ».

Pneumonie et diarrhées affectent des millions d'enfants

La pneumonie et la diarrhée figurent en haut de la liste des maladies infectieuses qui ont coûté la vie à des millions d'enfants de moins de 5 ans dans le monde entier. Les 2 maladies ont provoqué 16% et 8% de ces décès, respectivement. En 2016, les complications liées à une naissance prématurée ainsi que les complications liées à l'accouchement ou à la naissance étaient responsables de 30% des décès néonatals.

Il est possible de mettre un terme aux décès évitables d'enfants en facilitant le suivi de la grossesse et la prise en charge de l'accouchement par des professionnels de la santé qualifiés et en améliorant l'accès à des interventions vitales, telles que la vaccination, l'allaitement et la prise de médicaments peu onéreux, ainsi que l'accès à l'eau et à l'assainissement, des ressources dont restent privées les communautés les plus démunies dans le monde.

Pour la première fois, des données sur la mortalité des enfants de 5 à 14 ans ont été incluses dans le rapport, mettant en évidence d'autres causes de décès, comme les accidents et les blessures. Près d'un million d'enfants âgés de 5 à 14 ans sont morts en 2016.

« Ce nouveau rapport souligne les progrès remarquables accomplis depuis 2000 pour réduire le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans », déclare Zhenmin Liu, Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales de l'ONU. « En dépit de ces progrès, de grandes inégalités persistent en matière de survie de l'enfant à travers les régions et les pays, en particulier en Afrique subsaharienne. Il suffit pourtant d'interventions simples et économiques, réalisées avant, pendant et immédiatement après la naissance, pour éviter de nombreux décès survenus à cet âge. Il est essentiel de réduire les inégalités et d'aider les nouveau-nés, les enfants et les mères les plus vulnérables si nous voulons réaliser l'objectif de développement durable consistant à mettre fin aux décès évitables d'enfants et à garantir que personne n'est laissé de côté

Sénégal

Louma de Thille Boubacar - Sexe, alcool et drogue sur les étals

Le marché hebdomadaire de Thillé Boubacar, l'un des plus importants de la sous-région, est-il… Plus »

Copyright © 2017 Ecofinance.sn. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.