20 Octobre 2017

Madagascar: Morts de la peste - Un mode d'enterrement digne et sécurisé en gestation

Afin de respecter les us et coutumes funéraires des Malgaches concernant les membres de leur famille atteints de la peste, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Croix-Rouge malgache ont signé hier une convention de collaboration. Elle portera sur la mise en place d'un modèle d'enterrement digne et sécurisé des victimes de la peste.

Stigmatisation et séparation. En effet, outre la stigmatisation, les personnes atteintes par la peste souffrent d'une séparation brutale avec leur famille. Une situation qui s'empire lorsqu'elles succombent à la maladie. Le protocole international- par mesure de sécurité- oblige les familles des défunts à ne pas effectuer les rituels funéraires chers aux Malgaches. Ce qui a mené au déterrement de cadavres dans la ville de Toamasina, ou encore à des échauffourées entre les membres des familles et les agents de santé venus récupérer les corps à Antananarivo.

La signature de la convention de collaboration entre l'OMS et la Croix-Rouge malgache entend mettre un terme à de telles situations, pour respecter les us et coutumes malgaches, tout en optimisant la sécurisation. Des volontaires de la Croix-Rouge seront donc formés par l'OMS au processus de ces enterrements dignes, avec tous les matériels de protection individuelle et collective requis, pour qu'ils puissent accompagner les familles, qui elles aussi seront impérativement protégées par le matériel adéquat durant les rites funéraires.

Test. Un test grandeur nature sur environ 150 défunts sera effectué. S'étalant sur une semaine, il (le test) a pour but de faire en sorte de sécuriser lesdits défunts. A cet effet, des techniques de sécurisation des corps vont être mises en application pour un enterrement plus digne, à la malgache. Par ailleurs, si le test est concluant, le modèle va être vulgarisé et appliqué dans toutes les régions de l'île. Dans le cas contraire, « l'on s'en tient à l'ancien protocole qui a causé des troubles » a fait savoir un responsable auprès du ministère de la Santé publique. Ce dernier d'interpeller la population malgache qu'elle ne doit en aucun cas procéder « au déterrement des cadavres ». « La situation va s'aggraver davantage si les gens agissent ainsi » a-t-il ajouté.

Madagascar

Pour l'UE, le scrutin de 2018 doit être «crédible» et «inclusif»

A Madagascar, le Premier ministre Olivier Mahafaly a rencontré lundi 20 novembre la délégation de… Plus »

Copyright © 2017 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.