20 Octobre 2017

Afrique: Une dynamique d'accélération de l'élimination du mariage des enfants attendue des assises de Dakar

Photo: UN Women
Protestation pour les droits de la Femme

Parvenir à une dynamique d’accélération de l’élimination des mariages d’enfants en Afrique de l’Ouest et du Centre. C’est ce que souhaite Plan International, au sortir de la rencontre de Haut Niveau pour mettre fin au mariage des enfants en Afrique de l'ouest et du centre, prévue du 23 au 25 octobre à Dakar. Le principe est de regrouper tous les acteurs autour de stratégies consensuels qui donnent aux jeunes une place de choix.

Marquer un nouveau point de départ dans la lutte pour l’élimination des mariages précoces et non faire de la Réunion de Haut Niveau pour mettre fin au mariage des enfants en Afrique de l'Ouest et du Centre, prévue du 23 au 25 octobre à Dakar, une rencontre de plus, c’est l’ambition de l’Ong Plan International.

Le directeur régional de son bureau Afrique de l’Ouest et du Centre, M. Rotimy Djossaya l’a fait savoir en marge d’une rencontre préparatoire pour outiller des jeunes activistes venus de 26 pays de la région pour un plaidoyer plus fort contre ce fléau.

M. Rotimy Djossaya estime que le tableau est suffisamment sombre et que les acteurs de la lutte sont dans l’obligation de se mobiliser afin d’impulser une nouvelle dynamique.

« Pendant longtemps les différents acteurs ont travaillé sur ces questions et nous avons pensons qu’il est temps qu’ils se mettent ensemble pour prendre des pratiques ou des interventions qui marchent et voir comment accélérer le rythme pour mettre fin à ce fléau ».

Les responsables de cet Ong veulent ainsi que ce conclave de Dakar soit un point de départ d’une dynamique majeure pour accélérer l’élimination du mariage des enfants en Afrique de l’Ouest et du Centre.

« Ce ne sera pas une rencontre de plus car c’est la première fois que nous voyons tous ces acteurs. Ce qui est une manière de reconnaitre le caractère multidimensionnel de ce fléau. Lorsque tous les acteurs se mettent ensemble et s’engagent véritablement nous sommes convaincus que les choses vont changer », assure M. Djossaya.

Près de la moitié des filles mariées seront africaines d’ici 2050 si les tendances continuent

Le mariage des enfants touche près de 15 millions de filles dans le monde. La région Afrique de l’Ouest et du Centre remporte la palme en présentant les taux de prévalence les plus élevés en Afrique et le deuxième le plus élevé au monde (derrière l’Asie du Sud).

Les cinq pays les plus touchés au monde sont dans cette région : 76% au Niger, 68% en République Centrafricaine et au Tchad, 55% au Mali et 52% en République de Guinée.

Au Sénégal, le taux de prévalence du mariage des enfants est de 32.

Selon le directeur régional de Plan International Afrique de l’Ouest et du Centre, « si les tendances actuelles se poursuivent, près de la moitié des jeunes filles mariées seront d’origine africaine d’ici 2050 ».

Un état des lieux qui remet en cause la pertinence des stratégies de lutte jusque-là utilisées.

Interpelé sur la question, le Directeur régional de Plan International Afrique de l’Ouest et du centre reconnait que « les stratégies utilisées jusque-là ont eu leurs limites ». Avant d’assurer : « C’est pour cela que la rencontre de Dakar va permettre d’identifier les stratégies les plus pertinentes et qui vont permettre d’accélérer le rythme pour mettre fin à ce fléau ».

A son avis, « Nous devons faire de sorte que ce soient des stratégies conjointes et intégrées. Aucun acteur ne peut vaincre ce fléau multidimensionnel. C’est pour cela qu’on a besoin que tous se mettent ensemble. Une stratégie qui marche c’est une stratégie qui met plusieurs acteurs ensemble pour pouvoir y arriver ». Sans occulter la responsabilité première des autorités publiques.

40 jeunes activistes outillés pour un plaidoyer face aux autorités

En prélude à la Rencontre de Haut Niveau (RHN) pour mettre fin au mariage des enfants en Afrique de l'ouest et du centre, Plan International a renforcé la capacité de 40 enfants et jeunes de 26 pays de la région pour un plaidoyer plus fort contre le mariage des enfants.

Pour Rotimy Djossaya, cette rencontre préparatoire des jeunes activistes vise à préparer la rencontre de Haut Niveau qui attend la participation de plusieurs leaders du monde qui vont se mettre ensemble pour discuter d’un fléau majeur en Afrique de l’Ouest et du Centre qui est le mariage des enfants.

Deux jours durant, les jeunes qui ont envie de faire entendre leur voix, vont travailler pour préparer les différents messages et faire en sorte de pouvoir défier les leaders du monde à agir pour que ce problème soit éradiqué à jamais.

A en croire M. Djossaya, Plan International est convaincue du potentiel des jeunes considérés comme des acteurs clés incontournables pour mener le combat contre le mariage des enfants. Du moment qu’en Afrique, environ 65% de la population est âgée de moins de 35 ans et plus de 35% ont entre 15 et 35 ans, ce qui en fait le continent le plus jeune.

Pour le directeur régional de Plan Afrique de l’Ouest et du centre, les jeunes peuvent beaucoup apporter dans cette lutte. Au préalable, ils ont à apprendre les instruments et environnement légal, qui existent en matière de mariage des enfants, et pouvoir diffuser des messages forts autour d’eux.

Il est également attendu des jeunes de jouer le rôle d’agents de changement dans leur communauté, dans leur pays. Lors de la rencontre de haut niveau, il y a des panels qui seront animés par les jeunes pour montrer l’impact de ce fléau sur leur avenir, sur celui de nos pays et du continent.

Afrique

Le Sénégal 4ème pays adhérent à la norme du Fmi sur les données statistiques

Le Sénégal est le quatrième pays de l'Afrique sub-saharienne à adhérer à la… Plus »

Copyright © 2017 allAfrica.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.