20 Octobre 2017

Afrique: Hausse de la proportion des décès d'enfants de moins de 5 ans en 2016 (rapport)

Tagged:

Dakar — Quelque 15 000 enfants sont morts chaque jour en 2016 avant d'avoir atteint leur cinquième anniversaire, dont 46% au cours des 28 premiers jours de leur vie, soit 7000 nouveau-nés, selon un nouveau rapport des Nations Unies.

Le rapport, intitulé "Levels and Trends in Child Mortality 2017 "(Niveaux et tendances 2017 en matière de mortalité infantile), "s'alarme de l'augmentation de la proportion des décès d'enfants de moins de 5 ans intervenus durant les 28 premiers jours de vie, qui est passée de 41% à 46% au cours de la même période".

Ce phénomène est noté au moment où "le nombre de décès d'enfants de moins de 5 ans n'a jamais été aussi bas (5,6 millions en 2016, contre près de 9,9 millions en 2000)", relève un communiqué de presse de la Banque mondiale.

Au rythme actuel, entre 2017 et 2030, 60 millions d'enfants, dont la moitié de nouveau-nés, mourront avant leur cinquième anniversaire, selon le rapport publié par l'UNICEF, l'Organisation mondiale de la santé, la Banque mondiale et la Division de la population de la DAES, qui forment le Groupe interorganisations pour l'estimation de la mortalité juvénile, redoute le rapport.

La plupart des décès néonatals sont survenus dans deux régions : l'Asie du Sud (39%) et l'Afrique subsaharienne (38%). La moitié des décès comptabilisés a été enregistrée dans 5 pays : l'Inde (24%), le Pakistan (10%), le Nigéria (9%), la République démocratique du Congo (4%) et l'Éthiopie (3%).

Selon le rapport, de nombreuses vies peuvent être sauvées en réduisant les inégalités dans le monde. Si tous les pays avaient réussi à enregistrer le même taux moyen de mortalité que celui des pays à revenu élevé, 87% des décès d'enfants de moins de 5 ans auraient pu être évités et près de 5 millions de vies auraient pu être sauvées en 2016.

La pneumonie et la diarrhée figurent en haut de la liste des maladies infectieuses qui ont coûté la vie à des millions d'enfants de moins de 5 ans dans le monde entier. Les deux maladies ont provoqué 16% et 8% de ces décès, respectivement.

En 2016, les complications liées à une naissance prématurée ainsi que les complications liées à l'accouchement ou à la naissance étaient responsables de 30% des décès néonatals. Outre les 5,6 millions de décès d'enfants de moins de 5 ans, on comptabilise 2,6 millions de mortinaissances chaque année, dont la majorité aurait pu être évitée.

Il est possible de mettre un terme aux décès évitables d'enfants en facilitant le suivi de la grossesse et la prise en charge de l'accouchement par des professionnels de la santé qualifiés et en améliorant l'accès à des interventions vitales, telles que la vaccination, l'allaitement et la prise de médicaments peu onéreux, ainsi que l'accès à l'eau et à l'assainissement, des ressources dont restent privées les communautés les plus démunies dans le monde.

Pour la première fois, des données sur la mortalité des enfants de 5 à 14 ans ont été incluses dans le rapport, mettant en évidence d'autres causes de décès, comme les accidents et les blessures. Près d'un million d'enfants âgés de 5 à 14 ans sont morts en 2016.

Afrique

Journée des toilettes - Le problématique accès aux sanitaires

Ce dimanche 19 novembre marque la journée mondiale des toilettes. Le manque de latrines est un problème de… Plus »

Copyright © 2017 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.