20 Octobre 2017

Sénégal: Célébration à Yoff du 16ème anniversaire de la disparition de Seydina Mame Alassane Laye (1917-2001)

La communauté layéne (ahloulahi) va célébrer, ce vendredi 20 octobre, le 16éme anniversaire de la disparition du quatrième Khalif du Mahdi Seydina Limamou LAHI (PSL).

Nous allons, dans ces lignes, faire un bref aperçu sur la vie et l'œuvre de cet homme multidimensionnelle qui, par son œuvre, a marqué toute une génération.

Seydina Mame Alassane LAHI est né en 1917, fils de Seydina Mandione Laye et de Sokhna Fatou Laye Diop. Dès sa tendre enfance, il fut confié à son inspirateur et père spirituel Seydina Issa Rouhou Laye (PSL), premier Khalife du Mahdi (1909-1949), qui lui apprit les premières lettres du Saint Coran. Après la maîtrise du Saint Coran et autres sciences islamiques telles la Charia, le Fikh etc., il reçut une formation en bâtiment, métier pour lequel il deviendra une virtuose en quelques temps. Il contribua, par la suite, à la formation de beaucoup d'ouvriers et de maître-maçons qui participeront à leur tour à la construction des États nouvellement indépendants d'Afrique. Auparavant, dans les années quarante, Baye Rane qui travaillait déjà comme agent municipal, fut également parmi les ouvriers chargés de la pose des pierres de Rufisque bordant l'autoroute sur l'axe Dakar-Yoff. Il a aussi participé à la construction de la piste de l'aéroport Dakar-Yoff, dont l'existence et le site avaient été parmi les nombreuses prophéties de son illustre Grand-père Seydina Limamou Lahi Al Mahdi avant son Appel islamique de 1883, ce fils unique de sa vénérée mère, était jusqu'alors un homme d'une discrétion et d'une humilité légendaires. Baye Rane comme l'appelaient affectueusement ses proches, a toujours vécu loin des honneurs et des projecteurs.

Seydina Mame Alassane Laye a toujours vécu à la sueur de son front conformément aux enseignements du Mahdi.

Son exemple a longtemps inspiré ses jeunes frères en l'occurrence Chérif Ousseynou Laye et Mouhamadou Bachir Laye Imam de la mosquée de Yoff, qui ont toujours allié le travail avec les lourdes charges religieuses que la gestion de l'héritage spirituel de leur illustre Grand-père exige.

Descendant direct du Prophète Mouhamed (PSL), c'est au cours du pèlerinage à La Mecque de 1962 que la délégation sénégalaise en eut la preuve parfaite. En effet, un groupe de pèlerins sénégalais alla rendre visite à Chérif Hassan Tahirî, un descendant du Prophète Muhammad (P.S.L). Parmi eux Mame Alassane Laye, El Hadj Gothé Biti de Cambérène, Adja Ami Collé Sow, EL Hadj Sakhir Gaye Imam de la mosquée de Yeumbeul qui sont layènes, la grande majorité des autres pèlerins appartenant à d'autres confréries. Au cours de leur conversion, El Hadji Gothé Biti suggéra à l'interprète El Hadj Pâla MBaye de présenter Mame Alassane Laye au Chérif Hassan en lui précisant qu'il est un petit-fils de Seydina Limamou Lahi Al Mahdi (PSL). A la grande surprise de l'assistance, le Chérif répondit : «oui je le sais car j'ai vu en lui la Lumière du Prophète et il est beaucoup plus proche de Lui que moi par sa lignée, car il est le petit-fils direct de Seydina Mouhamad (PSL)». A la disparition de son frère aîné, Seydina Issa Laye II en 1987, Seydina Mame Alassane Laye fut intronisé à la tête de la communauté Layène comme quatrième Khalife de Seydina Limamou Lahi Al Mahdi (PSL), conformément aux règles de succession établies par le Saint Maître, se trouva d'un seul coup projeté au devant de la scène.

Son œuvre

Comme par prédestination, son expertise en bâtiment lui permit de construire de sa propre main avec l'aide de quelques fidèles Layènes le premier mausolée en dur de Seydina Limamou Lahi Al Mahdi (PSL) en 1953 et celui de son illustre père et deuxième Khalife du Mahdi, Seydina Mandione Laye après sa disparition en 1971.

Environ quarante trois ans plus tard et après dix ans à la tête de la communauté Layène, Seydina Mame Alassane Laye reçût l'ordre du Saint Maitre en 1996 de réhabiliter son mausolée, qui dit-il, devrait répondre aux nouvelles normes et exigences du temps. C'est ainsi qu'il entreprit la reconstruction du Mausolée, projet qu'il étendit à la maison du Khalifat et dont le financement était entièrement sur fond propre, à part la modique participation qu'il exigeât de chaque fidèle et qui devait servir à la réalisation du fondement du mausolée. La place de Diamalaye Yoff telle que nous la connaissons aujourd'hui est l'œuvre de Seydina Mame Alassane Laye, ce qui lui valut le titre de Bâtisseur.

Il est aussi à noter que c'est sous le magistère de Seydina Mame Alassane Laye que les Sermons de Seydina Limamou Lahi Al Mahdi (PSL) ont été traduits en plusieurs langues notamment en wolof et en anglais, puis vulgarisés à travers le monde à l'aide de supports de communication modernes et adaptés.

Homme de progrès, fermement attaché aux valeurs éducatives, Baye Rane a aidé au développement des écoles arabes à Cambérène et à Yeumbeul. Il intervenait régulièrement auprès des autorités compétentes pour l'obtention de bourses d'études au profit des jeunes diplômés d'arabe de la Communauté Layène. Grâce à son action, beaucoup de jeunes musulmans poursuivent actuellement leurs études dans les grandes universités des pays arabes. Par ailleurs, Seydina Mame Alassane Laye est l'un des pionniers de la scolarisation des jeunes filles en participant de manière effective au lancement en 1995 à Fatick de la Campagne nationale pour la scolarisation des jeunes filles au Sénégal aux côtés de l'ancien president de la République du Sénégal, Abdou Diouf. Pour services rendus à la nation toute entière, Seydina Mame Alassane Laye a été élevé au rang de Chevalier de l'Ordre national du Lion quelques années avant l'alternance démocratique survenue au Sénégal en 2000.

Cet esprit d'ouverture lui ouvrit les portes de l'international notamment aux USA où il a été élevé au rang de Citoyen d'Honneur de la Ville de Philadelphie par le Maire Randell en 1998. Cette distinction fut couronnée, la même année, par la visite à Yoff d'une délégation de plus de trois cent Africain-américains, conduite par la United Muslim Brothers (UMB), venus s'abreuver aux sources spirituelles intarissables du Mahdi (PSL).

Toute sa vie durant, Baye Rane est resté fidèle à la voie tracée par ses illustres prédécesseurs. Aussi, insistait-il sur le respect scrupuleux des recommandations du Saint Maître, la crainte d'Allah le Tout Puissant, la pratique régulière des rites islamiques telles qu'enseignées par le Mahdi, le détachement des choses de ce bas monde qui, disait-il, est un cadavre qui n'est bon que pour la seule nourriture des chiens et les charognards ... Son allocution à l'occasion de la réception qui clôturait les cérémonies du 107e anniversaire de l'Appel de Seydina Limamou Lahi Al Mahdi (PSL) du 10 avril 1988, conïcidant avec la grave crise politique de 1988, le premier sous son Califat, restera toujours gravée dans les mémoires.

Mame Alassane Laye ne ratait aucune occasion pour insister surtout sur la droiture morale et le respect de son prochain, fut-il d'une autre religion. Aux acteurs politiques, il rappelait toujours que la seule bataille qui vaille est celui pour la paix, la cohésion et le développement du Sénégal, que seul l'intérêt supérieur de la Nation devrait être mis en avant, et que les ambitions des uns et des autres ne devraient nullement fragiliser la stabilité légendaire de notre pays.

Que Allah déverse Ses lumières sur lui et l'élève en grades auprès de son illustre grand père Seydina Limamou LAHI (PSL).

Allahoumma salli 'ala Seydina Mouhammadine wa sallim.

Par le comité de rédaction

Pr. Ababacar Laye

Alassane dit Thiane Laye

Sénégal

Classement FIFA - Les Lions s'emparent de la première place africaine

L'équipe du Sénégal, qui a bouclé les éliminatoires de la Coupe du monde 2018 par… Plus »

Copyright © 2017 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.