20 Octobre 2017

Cameroun: Le maire et le receveur jetés en prison à TCHOLLIRÉ

Ils sont accusés d'avoir détourné plus de 38 millions de FCFA.

Tcholliré, le receveur Mamadou Awaïssou, le chef service des affaires financières, Souaïbou Abdouraman et le chef service de recouvrement, Zagaba Célestin et le maire Amadou Bello Rogersont écroués, depuis le 18 octobre dernier, à la prison principale de Tcholliré. Ils sont accusés d'avoir détourné plus de trente-huit millions de francs Cfa. Le pot-aux-roses a été découvert à la mi-mai 2017. Quand une commission de contrôle initiée par le trésorier payeur général du nord avait découvre des irrégularités dans le compte de gestion de la commune. Le compte est déficitaire.

Suite aux conclusions du rapport de la commission, le trésorier payeur général a alors adressé une demande d'explication au receveur municipal. «Ce problème remonte en réalité au mois de janvier. Pour ceux qui connaissent le fonctionnement des communes, ils peuvent facilement comprendre. En chaque début d'année, le trésorier payeur général qui loge les comptes des différentes communes dans ses services fait toujours signer un état d'accord aux maires.

C'est ce document qui clôture les comptes des communes. Il ressort clairement les mouvements financiers qu'a connus une commune et le solde de cette commune à la date du 31 décembre. Ce document a été envoyé au maire de Tcholliré comme à tous les autres maires. Il avait refusé de le signer car il avait constaté sur l'historique du compte annexé au document que le receveur avait effectué des retraits à la trésorerie sans qu'il ne soit informé. C'est là où tout était parti. Le préfet d'alors, François Amougou a été saisi et lui aussi avait répercuté l'information au gouverneur. Le gouverneur à son tour a demandé au TPG d'initier un contrôle de compte de la commune.

C'est donc comme des éléments de la brigade de contrôle de la trésorerie y ont été dépêchés au mois de mai. Les conclusions de leur rapport est ce que nous découvrons aujourd'hui : un détournement de plus de 38 millions» confie une source à la trésorerie générale de Garoua. Le receveur a été interpellé et gardé à vue pendant plusieurs jours à la division régionale de la police judiciaire de la région du nord à Garoua. Il a été transféré au commissaire publique de Tcholliré le 18 octobre 2017 et déféré à la prison principale de la même localité le 19 octobre.

«Le maire et le receveur ont d'abord été entendus à Garoua avant d'être transférés et placés sous mandat de dépôt à Tcholliré. Les deux se rejetaient la responsabilité lors de leurs auditions à en croire certaines indiscrétions. Il y aurait eu des dépenses qui n'avaient pas été acquittées par le maire. C'est donc grave car toute sortie d'argent se fait après émission de mandat.

En cas d'urgence, on la régularise aussitôt que possible. Il y a eu donc de légèreté dans leur gestion. Je pense que l'information judiciaire nous permettra de dénicher d'autres complices car selon la réglementation en vigueur le retrait d'un certain montant par une commune de son compte logé à la trésorerie se fait par virement et non en espèce comme cela semble être le cas dans ce dossier.

Si cela est vrai, alors vous convenez avec moi que d'autres têtes tomberont. Telles que les choses se passent, je me dis que nous sommes loin d'être au terme des révélations» déclare un receveur de la région du Nord. Outre le maire et le receveur, le chef du service de regroupement a aussi été mis aux arrêts. Il n'aurait pas pu justifier des sorties d'argent qu'il a recouvré.

Cameroun

Humanitaire - Vers la construction à Mora d'une Superette Solidaire pour veuves et orphelins des soldats tombés contre Boko Haram

Depuis 2013, le Cameroun est en proie aux attaques meurtrières de la secte satanique et meurtrière Boko… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.