20 Octobre 2017

Togo: Agbéyomé appelle à la responsabilité politique de Faure Gnassingbé

"La formation politique OBUTS en appelle à nouveau la sagesse et à la responsabilité politique du Chef de l'État afin qu'il prenne toutes les mesures audacieuses et salutaires tendant à l'arrêt de l'escalade de la violence ; à l'apaisement des coeurs meurtris et au renouement du fil du dialogue pour sauver la Patrie du danger qui rôde", c'est l'un des messages forts d'un communiqué rendu public ce jour par le parti politique OBUTS de l'ancien Premier ministre, Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo.

Evoquant la répression sanglante des manifestations de deux jours, les 18 et 19 Octobre 2017, OBUTS constate que le regain de la violence a pour origine, "l'arrestation « manu militari » à Sokodé de l'imam DJOBO Mohamed Allassani, et ce, dans des conditions peu respectueuses des règles procédurales en matière pénale et plus particulièrement de la présomption d'innocence garantie par la Constitution de notre pays", et déplore a minima six (6) pertes en vies humaines, plusieurs dizaines de blessés par balle et/ou par bastonnade féroce, le saccage et l'incendie de plusieurs édifices publics et privés, des sièges de partis politiques et aussi les lourdes conséquences socio-économiques et les profonds traumatismes que subissent une fois encore toutes les populations togolaises en général et celles des villes particulièrement éprouvées.

Si cette formation politique, présente ses vives condoléances aux familles éplorées, sa compassion aux victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés, elle "invite l'autorité compétente, à diligemment instruire les forces de l'ordre et de sécurité, à la stricte observance des dispositions légales prescrites en République du Togo dans le cadre d'une interpellation ; la cessation de toute violation de domiciles privés ; l'interruption de toutes intrusions par effraction au sein des domiciles privés ; l'arrêt immédiat de tous agissements délictueux dont sont les auteurs des « milices privées armées » sur toute l'étendue du territoire de l'État de droit qu'est le TOGO ; la libération immédiate de toutes celles et de tous ceux dont l'arrestation « manu militari » n'est ni conforme ni respectueuse des règles de droit qui régissent cette matière".

Le parti d'Agbéyomé réitère sa très vive préoccupation quant aux derniers développements de la crise socio-politique que connaît notre pays, et lance un cri du coeur à toute la classe politique en vue d'une solution consensuelle de sortie de crise politique rapide.

Au passage, il condamne fermement aussi l'appelle à la haine, au meurtre, la destruction des biens publics et privés, la détérioration du mobilier urbain, les actes de vandalisme de toute nature qui sont à tous égards inadmissibles.

"L'ouverture rapide d'un dialogue politique inclusif, franc et sincère à même d'ouvrir la voie consensuelle en vue de l'adoption des réformes constitutionnelles à l'Assemblée Nationale est une perspective politique à rechercher ardemment", a enfin prescrit OBUTS.

Togo

Faure Gnassingbé à Abuja, ses opposants à Paris

Visiblement, c'est la course contre la montre pour enclencher le dialogue au Togo. Plus »

Copyright © 2017 Télégramme228. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.